Mon énorme butin de trésors de plage était assez impressionnant, sauf pour un gros problème. La plupart étaient d'horribles déchets plastiques.

J'ai appris récemment qu'il y a des gens qui gagnent leur vie en faisant du beachcomb. C'est ce qu'on appelle du recyclage ! Ces gens sont littéralement capables de ramasser des objets qui ne sont absolument d'aucune utilité ni d'aucun ornement pour l'homme ou la bête, puis de les transformer habilement en quelque chose de merveilleusement artisanal et désirable. J'aimerais seulement être aussi intelligente et imaginative.

Franchement, mes vagabondages sur la plage n'ont pas donné grand-chose qui puisse être considéré comme désirable ou utile. La plupart des horreurs que j'ai ramenées n'étaient que des plastiques nocifs. Les déchets destructeurs de poissons que nous, les "gens ordinaires", avons si négligemment "laissés derrière nous" sont loin d'être utiles ou désirables. Mais j'ai eu droit à un réveil très brutal.

Jetons un coup d'œil à mon affreux butin d'horreurs :

Un seau en plastique ADDIS jaune délavé - sans son anse. Une vieille bouteille de Coca-Cola portant une étiquette chinoise délavée. La moitié d'un ballon de football en caoutchouc (que, je le jure, j'ai perdu en 1973). Un casque de maçon bleu cassé avec une pince de crabe coincée dedans. Un baril d'huile en plastique de cinq gallons, vert Castrol GTX, contenant une sorte d'huile mystérieuse (qui n'a évidemment pas été examinée, mais jetée très soigneusement). J'ai également trouvé des tas d'emballages de fast-food en polystyrène.

Je pense que vous avez déjà une idée assez sombre de la situation ?

Quoi qu'il en soit, comme l'aurait dit le regretté et grand Sir Bruce Forsyth. "N'a-t-il pas bien fait ?" C'est parce que j'ai trouvé tous ces trucs dégoûtants en 40 minutes chrono. Mais contrairement au butin de Bruce Forsyth, mon ensemble d'abominations était tout à fait horrible. Plus que dégoûtant.

Le problème du plastique

Nous savons tous que la pollution plastique marine est désormais un problème mondial. En gros, là où il y a beaucoup de gens, il y a beaucoup de déchets plastiques. Aujourd'hui, les déchets plastiques font leur apparition même dans les régions du monde où il n'y a pas de population. Des endroits éloignés comme la fosse des Mariannes ou les profondeurs de la banquise arctique.

Selon un rapport récent, plus de 200 000 tonnes de plastique se déversent dans la seule Méditerranée CHAQUE année. FUITES ? Désolé, mais 200 000 tonnes, ce n'est pas une fuite ? C'est un véritable déluge de déchets monstrueux. Le terme "fuite" fait penser à quelque chose de lent et peut-être même de contrôlable. C'est loin d'être le cas ! Les 200 000 tonnes qui "fuient" dans la seule Méditerranée sont en fait effrayantes, honteuses et finalement catastrophiques.

Selon les estimations, l'Égypte est l'une des principales sources de cette calamité méditerranéenne silencieuse. Mais elle provient de tous les pays qui bordent la Méditerranée. Des milliers de tonnes de déchets plastiques descendent le puissant Nil en provenance d'autres pays africains (ainsi que de l'Égypte elle-même) et finissent par se retrouver dans la mer Méditerranée. Les chiffres sont vraiment stupéfiants. Ils démontrent l'ampleur de cette catastrophe. Pire encore, les chiffres semblent augmenter au lieu de diminuer, ce qui donne encore plus à réfléchir.

Cet outrage dure depuis des décennies. J'ai toujours vécu près de la côte et j'ai remarqué, depuis plus de 25 ans, la quantité toujours croissante de déchets en plastique qui sont emportées par le vent sur les galets et s'accumulant sur les rivages. Comme la grenouille peu à peu ébouillantée, les gens s'en rendent compte maintenant. Espérons qu'il n'est pas trop tard.

Les microplastiques, un problème de taille

Jusqu'à présent, je n'ai mentionné que les éléments immédiatement visibles. La plus grande menace potentielle réside dans ce que l'on ne voit pas aussi facilement. Les micro plastiques.

Le problème réside dans la quantité de micro plastiques présents dans l'environnement naturel. Certains estiment que la mer Méditerranée contient plus d'un million de tonnes de micro plastiques dans et autour de ses eaux. C'est grave.

L'utilisation du plastique dans les articles de la vie quotidienne et les processus industriels a entraîné un déluge de matériaux très lents à se dégrader dans notre environnement et dans notre chaîne alimentaire. Comme les plastiques se décomposent en particules minuscules (<5 mm de diamètre), les conséquences pour la santé humaine, animale et des écosystèmes ne sont pas encore quantifiées. Ce que l'on sait déjà, c'est qu'un nombre croissant d'oiseaux et d'espèces marines ingèrent ces matières, souvent avec des conséquences fatales. La plupart des plastiques ne sont pas solubles et ne peuvent donc pas être digérés. Ils finissent donc par obstruer le système digestif des animaux ou par leur nuire d'une autre manière.

Les petites particules sont à l'origine d'énormes problèmes. Bien que les micro plastiques mesurent souvent moins de 5 mm, ils suscitent d'énormes inquiétudes au sein de la communauté scientifique. Franchement, cela devrait nous inquiéter tous.

Tout cela semble complètement étrange si l'on pense que les micro plastiques proviennent d'objets qui semblent à première vue parfaitement inoffensifs, comme les vêtements en nylon, la poussière des pneus de voiture et les déchets ménagers en général. Ils proviennent même de produits de soins personnels qui contiennent des microbilles de nylon exfoliantes (aujourd'hui largement interdites).

Mais nous savons tous qu'il y a un problème, tout comme nous savons tous qu'il y a un changement climatique. Là encore, la question est de savoir ce qui est VRAIMENT fait pour y remédier. Pour l'instant, la réponse dans les deux cas est clairement insuffisante.

Un problème quotidien

La pollution plastique est visible pour beaucoup d'entre nous tous les jours. Chaque fois que je transfère un chargement de provisions de notre caddie dans le coffre de la voiture, je n'entends que le bruissement constant des emballages plastiques à usage unique. Je pense sincèrement que nous achetons plus de déchets plastiques que de produits comestibles en termes de volume réel.

Ce problème ne concerne-t-il pas essentiellement les grands producteurs, distributeurs et détaillants ? Je sais que ces sociétés sont régies par l'offre et la demande et je ne cherche donc pas à me décharger de toute responsabilité personnelle.

C'est donc à nous tous, en tant que consommateurs, qu'il incombe de persuader les fournisseurs d'emballer nos produits de manière à réduire radicalement la quantité de plastique produite et jetée. Nous ne pouvons tout simplement pas continuer comme avant.

Même le recyclage ne semble pas être la réponse absolue car, bien souvent, le problème est simplement exporté en vrac. Loin des yeux, loin du cœur. Le problème, c'est que le problème ne disparaît pas tout simplement. Il finit par revenir sur nos rivages un jour, d'une manière ou d'une autre.

Si certains d'entre nous font déjà tout leur possible pour réduire la collecte de plastiques à usage unique, il semblerait que l'habitude du plastique persiste en raison de la façon dont nous sommes contraints d'acheter des produits. Et notamment lorsqu'il s'agit de ce que l'on appelle la "fast fashion", qui est souvent fabriquée à partir de mélanges de polyester (en d'autres termes, de plastique).

C'est une triste histoire à raconter. Il semble que nous ayons besoin de millions de plagistes pour débarrasser nos rivages de ce fléau mortel. Mais nous devons d'abord arrêter de transformer nos majestueux océans en décharges malodorantes. L'idée que nos petits-enfants dégustent les fruits de mer contaminés par le plastique est, pour moi, tout à fait odieuse.

Moins nous produirons de plastique, plus il sera facile de se débarrasser des déchets. Ou est-ce trop simpliste ?