Selon une enquête réalisée pour YouGov, la plupart des hommes interrogés étaient généralement incapables d'identifier les signes ou les symptômes de la maladie.

L'enquête menée auprès de 1 456 hommes a révélé que 68 % d'entre eux ne connaissaient aucun des symptômes et que, même parmi les hommes âgés - qui sont les plus exposés au risque - les connaissances sont assez faibles. En fait, 62 % des personnes âgées de 50 à 59 ans ne connaissaient aucun signe, de même que 60 % des 60 à 69 ans et 54 % des 70 à 79 ans. Et seul un homme sur huit (13 %) a repéré le symptôme le plus connu, à savoir l'envie - ou le besoin - d'uriner plus fréquemment.

Que faut-il savoir d'autre sur le cancer de la prostate ?

Où se trouve la prostate

Selon Prostate Cancer UK, le cancer de la prostate prend naissance dans la glande prostatique, qui se trouve à la base de la vessie et a la taille d'une noix. La prostate grossit avec l'âge et sa principale fonction est de produire le liquide blanc épais qui constitue le sperme lorsqu'il est mélangé aux spermatozoïdes produits par les testicules.

Au départ, il n'y a généralement pas de symptômes.

Le cancer de la prostate localisé (contenu à l'intérieur de la prostate) ne déclenche généralement aucun symptôme. Les signes n'apparaissent généralement pas avant que la prostate ne soit suffisamment grosse pour affecter l'urètre (le tube qui transporte l'urine de la vessie vers le pénis).

Si les symptômes se manifestent, ils vous affecteront probablement lorsque vous urinerez.

Si la prostate s'élargit, cela peut entraîner un besoin accru d'uriner, des efforts pendant la miction, un débit faible, un écoulement d'urine après la fin de la miction et la sensation que la vessie n'est pas complètement vidée.

Selon le PCUK, bien que certains hommes puissent avoir des problèmes urinaires, "ceux-ci peuvent être légers et se produire sur plusieurs années, et peuvent être le signe d'un problème bénin de la prostate, plutôt que d'un cancer de la prostate", une autre cause de ces symptômes peut être une hypertrophie non cancéreuse de la prostate, ce qui est très courant. Mais toute personne présentant des symptômes doit se faire examiner par un médecin.

Parmi les autres symptômes, citons...

D'autres symptômes du cancer de la prostate peuvent inclure des douleurs dans le bas du dos ou des douleurs ou gênes rectales, ainsi que des difficultés liées aux rapports sexuels, comme du sang dans le sperme, des douleurs lors de l'éjaculation ou des dysfonctionnements érectiles. Les signes d'un cancer plus avancé peuvent inclure des douleurs osseuses et dorsales, une perte d'appétit, des douleurs testiculaires et une perte de poids involontaire.

Comment le diagnostiquer

Les hommes présentant des symptômes peuvent subir un test sanguin de l'antigène spécifique de la prostate (PSA), car les personnes atteintes d'un cancer de la prostate peuvent présenter un taux de PSA élevé. Cependant, Cancer Research UK indique que le taux de PSA peut également être élevé dans le cas d'affections bénignes de la prostate ou d'une infection, de sorte que le diagnostic de cancer n'est généralement pas posé sur la seule base du résultat du test PSA. Les hommes peuvent également subir un examen du rectum, au cours duquel le médecin palpe l'intérieur du rectum avec son doigt. Des scanners et une biopsie peuvent également être pratiqués.

Tout le monde n'a pas besoin de traitement

Certains cancers de la prostate se développent trop lentement pour causer des problèmes ou affecter l'espérance de vie, ce qui explique que de nombreux hommes atteints d'un cancer de la prostate n'auront jamais besoin de traitement. En revanche, certains cancers de la prostate se développent rapidement et sont plus susceptibles de se propager ; ils nécessitent donc un traitement.

Les facteurs de risque et les personnes atteintes

Vous êtes plus exposé au risque de cancer de la prostate si vous avez plus de 50 ans, si un parent proche (père ou frère) a eu un cancer de la prostate ou si vous êtes noir. Selon le PCUK, un homme sur huit se verra diagnostiquer un cancer de la prostate au cours de sa vie, et ce chiffre passe à un sur quatre pour les hommes noirs, qui sont plus vulnérables à partir de 45 ans. Un homme meurt du cancer de la prostate toutes les 45 minutes, selon le PCUK.

Ce que vous pouvez faire pour réduire votre risque

Selon le CRUK, il est prouvé qu'être actif peut aider à réduire le risque de développer un cancer de la prostate. De plus, le fait d'être en surpoids ou obèse augmente le risque de cancer avancé de la prostate. Le respect des limites recommandées en matière d'alcool, une alimentation saine et équilibrée et l'absence de tabagisme sont également considérés comme potentiellement bénéfiques.