Alors qu'ont fait les pays riches du monde ? Comme l'ivrogne qui cherche ses clés de voiture perdues à la lumière d'un lampadaire - "Où les avez-vous laissées ?" "Là-bas." "Alors pourquoi les cherchez-vous ici ?" "La lumière est meilleure ici." - ils ont interdit les voyages en provenance des pays d'Afrique australe.

Le 23 novembre, des scientifiques du Botswana ont téléchargé 99 séquences du génome du Sars-CoV-2 au Wellcome Sanger Institute du Royaume-Uni, qui fonctionne comme un centre d'échange pour plus d'un million de séquences de ce type provenant de dizaines de pays depuis mars 2020. Ils ont noté que trois des génomes semblaient différents de la variante Delta habituelle.

Le même jour, une autre équipe d'Afrique du Sud a téléchargé les génomes de sept échantillons de Covid présentant les mêmes mutations suspectes dans la protéine spike que le virus utilise pour infecter les cellules humaines. En quelques heures, les scientifiques du monde entier ont pu étudier ces génomes sur le web, et 72 heures plus tard, l'Organisation mondiale de la santé déclarait que nous avions entre les mains une cinquième "variante préoccupante".

Les pays riches du Nord ont alors instantanément fermé leurs portes aux voyageurs en provenance d'Afrique du Sud et de neuf autres pays de la même région. Il n'est même pas certain que ce soit là que la variante soit apparue pour la première fois, mais peu importe.

Le professeur Tulio de Oliveira, le scientifique basé à Durban qui dirige l'effort de compréhension de la nouvelle variante, a souligné que l'Afrique du Sud a été "très transparente avec les informations scientifiques...". Le monde devrait soutenir l'Afrique du Sud et l'Afrique et ne pas la discriminer ou l'isoler".

Dès dimanche, le président sud-africain Cyril Ramaphosa avertissait que l'interdiction de voyager "n'est pas éclairée par la science et ne sera pas efficace pour empêcher la propagation de cette variante". La seule chose que l'interdiction de voyager fera, c'est d'endommager davantage les économies des pays touchés et de miner leur capacité à répondre à la pandémie et à s'en remettre."

Par où commencer ? Peut-être par le fait qu'il n'existe pas de pays appelé "Afrique". Par exemple, il n'y a en fait aucune pénurie de vaccins en Afrique du Sud, un pays semi-développé où le principal problème est la réticence à l'égard des vaccins. L'accès à Internet est élevé et la méfiance à l'égard de l'autorité l'est encore plus, si bien que seuls 27 % des Sud-Africains sont entièrement vaccinés.

C'est ce qu'on pourrait appeler le problème du "paysan numérique", et il est partagé par certains pays pleinement développés comme la Russie (seulement 43 % de la population est doublement vaccinée) et l'Allemagne (68 %), ainsi que par les partisans de Trump aux États-Unis (environ 50 %).

Les cyniques pourraient dire qu'il s'agit d'un problème qui se résout de lui-même. Comme l'a dit le ministre allemand de la santé sortant, Jens Spahn, "probablement à la fin de cet hiver, à peu près tout le monde en Allemagne sera vacciné, guéri ou mort", mais ce n'est pas seulement un problème local.

Le risque d'émergence de nouveaux variants existe même dans les pays riches où le virus Covid continue de circuler largement. Dans la plupart des pays africains, ainsi que dans les pays asiatiques les plus pauvres, le risque est très élevé et le restera, car ils ne peuvent tout simplement pas recevoir suffisamment de vaccins. Un an après la mise à disposition des premiers vaccins, seuls 6% des Africains sont totalement vaccinés.

Douze milliards de doses de vaccin auront été produites dans le monde à la fin de ce mois (décembre), ce qui est plus que suffisant pour chaque être humain de plus de 18 ans. Mais le rationnement se fait principalement par le prix, de sorte que les écoliers sont vaccinés et les adultes reçoivent un troisième vaccin dans les pays riches, tandis que plusieurs milliards d'adultes n'ont pas encore reçu leur premier vaccin dans les pays du Sud.

En fait, les riches maintiennent un réservoir à long terme de nouvelles variantes potentiellement dévastatrices dans les pays plus pauvres afin de se sécuriser un peu plus à court terme. Tout le monde sait qu'être riche a tendance à rendre les gens avides et peu soucieux du bien-être d'autrui ; on sait moins que cela les rend également stupides.

Et pendant ce temps, ils punissent également les économies des pauvres en imposant des interdictions de voyage irréfléchies à toute une région de l'Afrique, soupçonnée d'abriter le virus Omicron - même si nous savons tous qu'il a déjà été confirmé en Europe et en Asie, et qu'il est sans doute présent (bien qu'il n'ait pas encore été détecté) sur le continent américain également.

La bonne décision, même à cette date tardive, est de concentrer toutes les énergies du monde sur la distribution de vaccins aux pays les plus pauvres : "personne n'est en sécurité tant que tout le monde ne l'est pas". Omicron semble être un gros problème, et il pourrait y en avoir d'autres encore plus gros derrière lui.