Cette valeur est le résultat de l'effet combiné de l'actualisation du salaire minimum national et d'un nouvel ajustement entre le montant mensuel retenu auprès des travailleurs et le montant de l'IRS qu'ils doivent effectivement payer.

Selon l'arrêté qui fixe les tables de retenue à appliquer en 2022, les salaires et pensions jusqu'à 710 € par mois ne feront plus l'objet d'une retenue à la source par l'IRS.

Outre l'augmentation du montant jusqu'auquel il y a exemption de l'IRS - et qui vise à tenir compte du salaire minimum actualisé de 705 € - les nouvelles tables ajustent également les taux de retenue applicables aux différents niveaux de revenus.

Une personne seule sans personne à charge (ou un couple marié qui travaille tous les deux, à égalité sans personne à charge), avec un salaire de 740 € bruts, verra le taux de retenue passer de 8 % actuellement à 4,5 %. La réduction mensuelle passera ainsi de 59 à 33 €, ce qui se traduit par une augmentation de revenu de 26 € par mois ou de 740 € en un an.

Un célibataire, également sans personne à charge, avec un salaire de 900 € commencera à déduire un euro de moins par mois, tandis que si son salaire est de 2 000 €, l'économie mensuelle via l'IRS sera de 4 € (56 € en un an).

Dans le cas des retraités, l'ajustement de la table de retenue à la source se fait essentiellement à la base - garantissant une exonération d'impôt jusqu'à 710 € - sans qu'aucun changement ne soit généralement apporté aux taux de retenue dans les niveaux suivants.

Selon le ministère des finances, au cours des trois dernières années, la mise à jour des tableaux de retenue à la source a entraîné un ajustement d'environ 500 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 175 millions d'euros via les tableaux 2022.

Le prélèvement à la source fonctionnant comme une avance de l'IRS que les contribuables doivent payer, une diminution de cette remise mensuelle devrait également se traduire par un moindre remboursement l'année suivante.

En 2021, selon les données d'exécution du budget jusqu'en octobre, le montant de l'IRS remboursé s'est élevé à 2 813 millions d'euros.