Après toute la fanfare, l'éclat et le fait que le sommet de Glasgow ait été universellement salué comme le salon de la dernière chance pour notre chère vieille Mère la Terre, tout est redevenu un peu calme. Et oui, tous les problèmes de notre monde persistent, mais peu de solutions, de quelque substance que ce soit, ont été formulées lors du sommet. Bien sûr, il y a eu beaucoup de promesses, mais nous les avons déjà entendues - lors du dernier meeting !

Bien sûr, les classes politiques continueront à déclarer que la Cop26 a été une grande réussite, avec de nombreux faits, chiffres et statistiques qui ont été agressivement massés, déformés et remaniés pour correspondre à divers récits. C'est normal, me direz-vous.

Mais j'ai bien peur de ne pouvoir m'empêcher d'être envahi par un sentiment de cynisme écrasant chaque fois que j'entends des politiciens ou des écologistes s'épancher sur notre pauvre planète malade ou sur "l'environnement". C'est parce que je crois fermement que la trajectoire de notre avenir collectif, en tant qu'habitants de notre seule et unique maison terrestre, est bien au-delà des attributions de la fraternité en costume et bottes ou de la brigade dreadlockée. Tout ce que je vois, de la part des politiciens comme des activistes, c'est un tas de discours grandiloquents, de l'esbroufe et de grands tsunamis de sentiments souvent hypocrites. Une vieille rhétorique fatiguée, franchement.

La révolution de l'énergie verte

De vastes sommes d'argent sont au cœur de la soi-disant révolution de l'énergie verte, de la même manière qu'elles sont au cœur de l'industrie des combustibles fossiles. La fourniture d'infrastructures "vertes" est tout aussi lucrative que le colportage de combustibles fossiles, mais c'est aussi un processus assez sale et incroyablement peu écologique.

Ce n'est pas le genre de chose à faire de qualifier l'énergie "verte" de poudre aux yeux. Bien sûr, nous avons besoin d'alternatives aux combustibles fossiles parce qu'ils sont tous finis. Mais avoir une vision critique de tout ce qui est considéré comme "vert" ou le qualifier de tout sauf "vert" est souvent perçu comme une hérésie absolue.

Mais, une seule de ces puissantes éoliennes s'élève à 500 pieds du sol. Elles reposent sur environ 1000 mètres cubes de béton et 150 tonnes d'acier. Ces pales massives sont fabriquées à partir de 36 000 livres de fibre de verre et de baume (chacune) x 3. L'ensemble aura déjà consommé d'énormes quantités d'énergie fossile juste au cours du processus de fabrication et d'érection. Et le monde a besoin de millions de ces choses rien que pour garder les lumières de nos villes actuelles allumées. En d'autres termes, toute cette infrastructure ne sert qu'à rester immobile.

Bien entendu, les éoliennes sont des dispositifs mécaniques qui finissent par s'user. Leur durée de vie utile est d'environ 10 ans, et elles seront probablement obsolètes d'ici là.

En grattant sous la surface, on s'aperçoit rapidement qu'un grand nombre des mêmes milliardaires et grandes entreprises mondiales sont en fait derrière ces projets d'énergie "verte". Ils sont là pour faire de grandes fortunes, exactement de la même manière qu'ils l'ont fait en colportant des combustibles fossiles à un monde affamé d'énergie. Ils se déguisent simplement derrière des logos feuillus à l'allure saine et des emblèmes verts joyeux pour essayer de nous vendre l'idée que, d'une manière ou d'une autre, un jour, nous pourrons tous profiter des mêmes avantages que ceux de notre existence basée sur les combustibles fossiles, tout en vivant dans une sorte de nirvana vert et frais, dans un saladier. Je suis vraiment désolé de faire éclater des bulles - mais c'est très clairement illusoire.

Les compagnies pétrolières ont investi des sommes hallucinantes dans des solutions d'énergie verte. Alors que d'énormes éoliennes de 500 pieds, des machines à vagues et des fermes solaires peuvent actuellement compléter l'énergie dérivée des fossiles, elles sont loin d'être une alternative réellement viable si l'on considère la quantité d'énergie consommée dans le monde. Il n'est certainement pas envisageable que d'énormes éoliennes "vertes" fabriquées par la civilisation industrielle nous sauvent de la civilisation industrielle ?

Une tempête parfaite

L'humanité semble être confrontée à une tempête parfaite. Nous avons une population en croissance rapide qui a besoin de grandes quantités de nourriture, d'eau et d'énergie juste pour survivre. Parce que nous aspirons tous à prospérer (et pas seulement à survivre), toutes ces ressources et nos moyens de les fournir de manière durable sont soumis à une pression croissante. Et nos dirigeants ont fermé les yeux.

Toutes ces discussions doivent être perçues comme étant très intenses et accablantes ? Peut-être que beaucoup d'entre nous essaient de ne pas trop réfléchir à des sujets aussi inconfortables et se contentent de vaquer à des occupations plutôt importantes et souvent complexes comme la gestion de leur vie quotidienne. Mais si tout le monde cessait de réfléchir à ces questions, cela pourrait bien être le signe avant-coureur de notre malheur collectif.

Aussi effrayant que tout cela puisse paraître, je continue de croire que le changement est possible. Le genre de changement que l'on obtient en examinant tous les faits de manière objective, dépassionnée et logique. Cela pourrait impliquer de se pincer un peu le nez et peut-être même de serrer un peu les fesses, car cela pourrait bien signifier qu'il faut se défaire d'habitudes telles que celle de laisser nos sensibilités être obscurcies par des questions telles que les allégeances politiques. Que nous nous considérions comme étant de gauche, de droite ou quelque chose entre les deux, il doit maintenant être tout à fait clair que propager une croissance infinie sur une planète finie équivaut à un suicide ?

L'éléphant dans la pièce

Mais il y a peut-être une issue à tout cela. Nous devons d'abord accepter que notre présence humaine sur cette planète a déjà largement dépassé le stade de la durabilité. Collectivement, nous sommes l'éléphant dans la pièce. Nous devrons donc tous, à terme, prendre l'initiative d'un véritable environnementalisme dans le contexte de notre propre vie et réfléchir à la manière dont nous consommons et gérons les ressources.

Une chose est claire : nous ne pouvons pas confier aveuglément nos générations futures aux politiciens ou tout laisser aux mains avides de la fraternité des milliardaires. Tout ce qu'ils ont fait jusqu'à présent, c'est piller des ressources précieuses afin de générer de vastes profits. Des richesses d'une ampleur qui ne pourrait jamais être utilisée de manière réaliste dans les contraintes d'une vie humaine solitaire. Certaines de ces fortunes personnelles ont souvent été créées à nos dépens, sur le plan environnemental.

Que nous le voulions ou non, le moins devra être accepté comme le nouveau plus. Au lieu d'alimenter aveuglément le vieux discours sur le "changement climatique" et d'enrichir ainsi ceux qui le promeuvent actuellement avec une ferveur quasi religieuse, l'humanité se rendra un jour compte que ce n'est pas la molécule de dioxyde de carbone qui cause tous les dégâts. C'est nous.

Les maux de notre monde ne sont pas dus à une seule cause. Il y a de nombreuses comorbidités en jeu. Mais dans chaque cas, indépendamment des symptômes, c'est l'humanité elle-même qui semble être le "virus". Nous sommes tous coupables de contribuer aux maux de notre monde en tant que gigantesque collectif. Nous sommes devenus par inadvertance une espèce hors de contrôle. Une population dévorante qui trébuche tête baissée vers une apocalypse humaine. Les architectes de notre propre disparition.