Au Portugal, des études ont montré que de nombreuses personnes sont incapables de chauffer correctement leur maison. Bien que le Portugal soit un pays plus ensoleillé et plus chaud, le confort des maisons portugaises, tant en hiver qu'en été, reste faible car de nombreuses personnes ne peuvent pas les rafraîchir en été ou les chauffer en hiver.

À première vue, il y a deux causes principales à la pauvreté énergétique. Principalement, les vieux bâtiments qui, souvent, ne sont pas suffisamment isolés et le prix élevé de l'électricité qui fait que de nombreuses personnes ne peuvent pas se permettre, par exemple, d'avoir un chauffage dans leur maison quand il fait froid ou un climatiseur quand il fait chaud.

Toutefois, malgré cette situation, le prix de l'électricité au Portugal semble se situer dans la moyenne de l'Union européenne, selon les données publiées par EUROSTAT, qui indiquent que le Portugal se situe au 7e rang des prix, juste derrière la moyenne de l'UE.

Toutefois, le rapport indique également que le pouvoir d'achat des Portugais est également inférieur à la moyenne de l'UE, ce qui fait que (lorsque l'on compare les prix de l'électricité par rapport au pouvoir d'achat) le Portugal se classe au 5e rang des coûts d'électricité les plus élevés de l'UE.

Lutter contre le problème

Pour lutter contre cette situation malheureuse, le gouvernement a mis en œuvre des politiques visant à rendre l'énergie plus abordable pour les personnes dans le besoin grâce à des tarifs sociaux sur l'électricité et le gaz naturel "qui offrent des réductions sur certaines parties des tarifs de distribution afin de réduire les factures d'électricité et de gaz (...) En décembre 2020, 14 % de tous les ménages ont reçu des tarifs d'électricité".

Pour remédier à ce problème, selon un rapport d'examen de la politique énergétique du Portugal 2021, l'une des premières étapes pour réduire les coûts de l'énergie est de "renforcer la concurrence sur le marché de détail de l'électricité en supprimant les obstacles à l'entrée de nouveaux acteurs et de faciliter l'innovation sur le marché pour encourager la réponse à la demande, distribuer les énergies renouvelables et accroître l'électrification tout en garantissant l'intégrité et la sécurité du marché".

D'autre part, Newcon Energy Portugal - une entreprise allemande qui investit dans le développement de projets photovoltaïques au Portugal depuis 2016 - reproche à certains numéros de l'article 276 du nouveau décret-loi qui régit le système électrique national (SEN) de changer les règles du jeu à la dernière minute, ce qui peut également empêcher les coûts de l'électricité de baisser en conséquence.

Changer les règles du jeu

L'entreprise, qui a déjà investi plusieurs millions au Portugal, s'inquiète du changement des hypothèses qu'implique cette nouvelle loi, comme les nouvelles exigences qui rendent impossible la poursuite de certains projets.

"L'un des principaux points de critique est l'inclusion d'un nouveau critère - l'existence d'une déclaration d'évaluation environnementale approuvée - et en même temps le mépris total et l'absence de priorité pour les projets qui ont déjà été évalués et classés dans les classifications officielles", a déclaré le PDG de Newcon Energy Portugal, Rex Hajdari.

Cet amendement constitue selon eux "un recul massif des objectifs de transition énergétique du pays et cause des dommages irréversibles à la crédibilité du pays". De plus, "notre activité est basée sur la confiance car nous avons affaire à des chiffres extrêmement élevés - personne n'investira dans un pays où il doit avoir peur de ce qui va se passer le mois prochain. Si vous investissez de l'argent, vous devez avoir la garantie que tout se déroule comme prévu et que le cadre politique est fiable", a-t-il déclaré à The Portugal News.

"En outre, si la formulation des numéros 5, 6 et 7 de l'article 276 du projet de DL est approuvée, la plupart des travaux et des investissements de ces dernières années seraient détruits et presque tous les projets reviendraient à la case départ. Le retrait de ces projets entraînera que la capacité réservée allouée à ces projets, retardant ainsi le développement et le démarrage des projets, et finalement la réduction tant attendue des prix de l'électricité pour les consommateurs sera également reportée", ont-ils conclu.