Le Kazakhstan est une kleptocratie : "un État où des politiciens corrompus s'enrichissent secrètement au moyen de pots-de-vin, de dessous de table et de faveurs spéciales, ou dirigent simplement les fonds publics vers eux-mêmes et leurs associés. Ils exportent souvent une grande partie de leurs bénéfices vers des pays étrangers" (définition Wikipédia).

Le mois dernier, un rapport spécial de Chatham House a révélé que la famille et les associés de Nursultan Nazarbayev, dirigeant communiste du Kazakhstan soviétique puis président du Kazakhstan indépendant pendant 35 ans, ont acheté 34 propriétés à Londres et dans le sud de l'Angleterre pour un montant de 720 millions de dollars au cours des seules quatre années 1998-2002.

Tout le monde au Kazakhstan sait qu'il est dirigé par des voleurs. Les Russes qui s'en sortaient bien sont restés après l'indépendance et les autres sont partis. Les Kazakhs qui s'en sortent bien ne se soucient pas non plus des voleurs au pouvoir - mais la plupart des Kazakhs ne s'en sortent pas très bien.

Ils ne sont pas tous très pauvres - cette fois, les protestations portaient initialement sur le doublement du prix du carburant pour les voitures - mais un récent rapport de KPMG indique que 162 personnes possèdent la moitié de la richesse du pays. Personne n'aime ce genre de choses.

Les manifestations pacifiques qui ont débuté le 2 janvier se sont donc rapidement étendues à tous les coins du pays - et les choses se sont emballées à Almaty. Le mercredi 5 janvier, des groupes bien organisés de personnes inconnues des manifestants se sont joints à la foule et ont commencé à attaquer les bâtiments officiels.

Tout aussi étrange est le fait que, ce même mercredi, la police a laissé sans protection des bâtiments clés d'Almaty. Le palais présidentiel a été incendié, l'aéroport a été saisi, des personnes ont été tuées - mais s'agissait-il des bonnes personnes ?

Le président Kassym-Jomart Tokayev semblait en être convaincu : "A l'étranger, des appels sont lancés en faveur de pourparlers pour une résolution pacifique", a-t-il déclaré à la télévision. Quel genre de négociation pouvez-vous avoir avec des criminels ? Nous avons affaire à des bandits armés et bien préparés, locaux et étrangers, qui doivent être détruits. Nous devons les tuer."

Tokayev a tenu parole. La fusillade était terminée vendredi, et la police et les troupes ont certainement tué beaucoup de gens. Le 9 janvier, ils annoncent que 164 personnes ont été tuées et plus de 8 000 arrêtées, dont "un nombre important de ressortissants étrangers", mais le scénario comporte quelques failles.

Le mercredi même où les violences ont commencé, le président Tokayev a démis le président à la retraite, presque à vie, Nazarbayev, de son poste restant à la tête du Conseil d'État.

Nazarbayev a démissionné de la présidence il y a trois ans en raison de son âge (il a 81 ans), mais tout le monde a supposé qu'il était toujours aux commandes et qu'il continuait à préparer sa fille Dariga pour le poste. (Les manifestants criaient "Vieil homme, va-t'en !") Puis, soudain, Tokayev demande l'aide du président russe Vladimir Poutine - et Nazarbayev est complètement écarté du gouvernement.

2 000 soldats russes arrivent par avion dans la journée. Ils ne tirent sur aucun civil, mais une fois sur le terrain, Tokayev ordonne l'arrestation de l'ancien chef des services de renseignement du pays, Karim Massimov, soupçonné de trahison. Massimov était le plus proche conseiller de Nazarbayev. Tokayev aurait-il osé l'arrêter avant l'arrivée des Russes ?

Je ne peux m'empêcher de relier les points, et cela ressemble à un coup d'État pour moi. Peut-être une tentative de coup d'État ratée dans laquelle les gens de Nazarbayeva essayaient de reprendre le pouvoir à un Toakyev surpuissant qui voulait être le vrai patron, et pas seulement un substitut de Dariga Nazarbayeva. Ou peut-être un geste de Tokayev lui-même pour mettre sur la touche le vieil homme et sa fille ambitieuse.

Lundi, Tokayev a admis lui-même que les manifestations étaient en réalité une tentative de coup d'État, mais il n'a pas dit qui était derrière. Je pense que c'est lui. Qu'il n'a pas réellement commencé les protestations, mais qu'il y a vu une opportunité.

Il avait besoin du soutien des Russes pour agir contre le Vieux, et il avait besoin d'une excuse pour inviter les Russes, alors il a envoyé ses voyous pour rendre les manifestations violentes et créer cette excuse.

Ou peut-être que rien de tel n'est arrivé, et qu'il s'agit juste d'une autre histoire banale des riches et des puissants qui écrasent le petit peuple. J'ai le droit à une théorie de la conspiration par an, et je la fais en avance.

Quoi qu'il en soit, je sais quel était le motif de la Russie. La plupart des gens oublient que l'Union soviétique n'était qu'un empire colonial européen de plus. Les seules différences étaient que c'était un empire terrestre et qu'il s'est décolonisé une génération après les autres.

Poutine a grandi dans cet empire, il pleure toujours sa disparition et il saisira toutes les occasions de restaurer l'influence dominante de la Russie. Il n'y a pas de stratégie cohérente ici. Poutine est un dur et il peut être méchant, mais c'est vraiment un romantique, pas un conquérant du monde en puissance.