(Vous, là-bas, au fond. Arrêtez de ricaner ! Il n'y a pas de quoi rire ! La paix ne tient qu'à un fil).

Les historiens, avides d'un moment sous les feux de la rampe, sont invités à établir des parallèles avec les désastres diplomatiques du passé, comme la conférence de Munich en 1938 (apaisement d'Hitler) et Yalta en 1945 (découpage de l'Europe et octroi de la moitié orientale à Staline en 1945).

Et ceci vient juste d'arriver ! Le vice-ministre des affaires étrangères Sergei Ryabkov, de retour à Moscou après les pourparlers, a déclaré à la télévision russe qu'en cas d'échec des pourparlers, il ne pouvait "ni confirmer ni exclure" que la Russie envoie des "moyens militaires" à Cuba et au Venezuela.

Wow ! Une dague - non, deux dagues - pointée sur le cœur de l'Amérique (bien qu'ils devront travailler sur la longueur de la dague vénézuélienne, puisqu'il y a 2 000 km de Caracas à Miami). Si cela ne force pas les Américains à céder, qu'est-ce qui le fera ?

Je suis désolé. C'est assez de sarcasme. C'est juste que toutes ces fanfaronnades et ces mimiques pour la caméra sont fatigantes. Il s'agit d'une petite querelle diplomatique qui a été délibérément gonflée bien au-delà de son mérite, et elle est prise beaucoup trop au sérieux.

Commençons par la Russie qui joue la "carte cubaine". Cuba est toujours un pays communiste, et le régime de Maduro au Venezuela a également des aspirations dans cette direction - mais la Russie, au cas où vous l'auriez oublié, a cessé d'être communiste il y a trente ans.

Le régime de Poutine à Moscou est nationaliste-populiste, et Cuba n'a absolument aucune raison d'accueillir des troupes russes et de risquer de déclencher une confrontation avec les États-Unis. En tout état de cause, des troupes russes à Cuba ne représenteraient aucune menace militaire pour les États-Unis. Que vont-elles faire ? Envahir la Floride ?

L'intention de Ryabkov était manifestement de faire un "How would you like it if... ?" sur les diplomates américains. Comment aimeriez-vous qu'il y ait des troupes russes "à 90 miles de la Floride" (comme on disait pendant la crise de Cuba en 1962), et non des troupes de l'OTAN à 450 km de Moscou (comme c'est le cas actuellement).

Dans la réalité, il y a un certain nombre de troglodytes au Congrès américain qui se mettraient dans tous leurs états à propos de la présence de troupes russes à Cuba, mais comme les Cubains n'y consentiraient pas, cela n'a rien à voir.

Eh bien, alors, qu'en est-il des prétendus précédents historiques : Munich et Yalta ? Dans les deux cas, il s'agissait d'accorder une "sphère d'influence" en Europe à une grande puissance (l'Allemagne en 1938, l'Union soviétique en 1945) qui pouvait facilement imposer sa volonté sur le terrain.

La Russie exige effectivement une sphère d'influence comparable dans ses anciens pays "satellites", qui ne seraient pas autorisés à avoir des troupes étrangères amies sur leur sol, même s'ils sont membres de l'OTAN, mais c'est un échec total. La Russie n'a pas la capacité militaire nécessaire pour imposer sa volonté sur le terrain.

Y aura-t-il donc une "guerre en Europe", comme le suggèrent les gros titres enflammés ? Pas dans le sens où ils l'entendent : des forces blindées massives traversant des pays entiers, avec la menace d'une guerre nucléaire en toile de fond. Mais il pourrait y avoir des tirs sur ou juste à l'intérieur de la frontière entre l'Ukraine et la Russie.

Bien entendu, des tirs ont déjà eu lieu le long de cette frontière, dans les provinces séparatistes de Donetsk et de Louhansk, soutenues par la Russie. Comme l'a déclaré vendredi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, Poutine pourrait maintenant avoir l'intention d'en provoquer un peu plus.

M. Kirby a averti que la Russie "a prépositionné un groupe d'agents pour mener ce que nous appelons une opération sous faux drapeau, une opération conçue pour ressembler à une attaque contre elle ou contre des personnes russophones en Ukraine, afin de trouver une excuse pour entrer dans le pays". Les satellites peuvent voir leur emplacement, mais pas leurs intentions.

Quelque chose s'est emparé de Poutine, et il cherche à obtenir des concessions qu'il devrait savoir qu'il ne peut pas obtenir, avec des menaces qu'il ne peut pas mettre en œuvre.

Il est possible qu'il se lance dans un affrontement local qui entraînerait des sanctions sévères contre la Russie.

Il est extrêmement improbable qu'il tente de conquérir la totalité ou même la moitié de l'Ukraine.

Il est presque inconcevable que cela se termine par des batailles de type Seconde Guerre mondiale entre d'importantes forces blindées.