"Le logement a été le secteur vedette de l'immobilier en 2021, dépassant tous les niveaux d'activité précédents", indique JLL dans un rapport de ECO. L'année dernière, JLL estime que 190 000 logements ont été vendus, soit 18 % de plus qu'en 2020 et 12 % de plus qu'en 2019 (dans ce qui avait été une année record pour le marché résidentiel national).

Sur les 190 000 logements vendus, 89 % l'ont été à des acheteurs nationaux et environ 11 % à des acheteurs étrangers. "Les solides fondamentaux du marché devraient se poursuivre en 2022, avec une nouvelle année de forte activité attendue", indique le consultant, notant que les changements apportés au régime des visas dorés ne devraient pas avoir de conséquences négatives sur le marché, "puisque le Portugal est déjà une destination résidentielle reconnue à l'étranger".

Malgré cette bonne performance, le problème de la pénurie de l'offre persiste. Joana Fonseca, responsable de la recherche chez JLL, indique que le parc immobilier "n'a augmenté que de 1,9 % au cours de la dernière décennie, ce qui correspond à environ 108 500 logements, soit moins que ce qui a été vendu cette année".

Pedro Lancastre, PDG de JLL Portugal, met également en garde contre les obstacles qui subsistent sur le marché résidentiel, à savoir "la lenteur et la bureaucratie des processus d'autorisation". Le responsable note que le nombre moyen d'unités résidentielles autorisées au Portugal au cours de la dernière décennie était inférieur de 70 % à celui de la décennie précédente (2001-2011).

Une autre contrainte est la forte hausse des coûts de construction, qui a un impact sur les plans d'affaires et les prix pour les utilisateurs finaux. Les dernières données montrent une augmentation de 7,4 % des coûts de construction au cours de la seule année dernière. Le consultant met en garde contre l'urgence de "gérer ces contraintes afin que la création de l'offre puisse être rapide et répondre aux besoins du pays".