L'UE, comme nous le savons, s'est toujours targuée d'être un phare brillant pour la paix et la stabilité mondiales. Cette position bien ancrée de bastion de la paix et de l'unité européennes était un élément essentiel de sa création. Mais aujourd'hui, en ces temps absolument sans précédent, nous sommes assis, totalement abasourdis, en apprenant que l'UE a promis de passer d'un projet de paix à une source de financement d'armes mortelles pour aider à soutenir les forces armées ukrainiennes, quelque peu assiégées mais néanmoins résistantes.

Il s'agit d'un moment important de l'histoire qui annonce le jour où l'UE va enfin montrer sa force sur la scène géopolitique. Il s'agit d'une aspiration de longue date de certains des piliers de l'UE, comme le Français Macron, même si personne ne souhaitait qu'un tel changement se produise dans des circonstances aussi radicales.

Il s'agit sans aucun doute d'un moment véritablement historique pour une Union européenne habituellement paralysée par la division et l'indécision sur les questions de politique étrangère. Nombreux étaient ceux qui se demandaient si l'approche traditionnellement lente de l'UE allait empêcher le bloc de prendre des sanctions crédibles et efficaces contre la Russie de Poutine et son cercle d'oligarques. Ce n'est pas le cas cette fois-ci.

Dans un sens, M. Poutine a triomphé là où de nombreux présidents américains ont échoué. Ses actions en Ukraine ont incité l'Allemagne non seulement à respecter ses engagements financiers envers l'OTAN, mais aussi à les dépasser.

Cette volte-face de la plus grande économie du continent est un autre moment très significatif. Non seulement l'engagement de l'Allemagne envers l'OTAN s'est soudain considérablement renforcé, mais le gouvernement de Berlin a également annulé l'interdiction d'exporter des armes vers des zones de conflit majeur qu'il appliquait depuis longtemps. L'Allemagne envoie désormais des armes et des munitions à l'Ukraine. Ajoutez à cela l'énorme décision politique de l'Allemagne (du moins pour le moment) de mettre fin à un projet clé, le gazoduc Nord Stream-2. Nous pouvons clairement constater que "l'effet Poutine" est réellement tangible, sans précédent et profondément préoccupant, bien au-delà de l'Ukraine elle-même.

Nous assistons également à un consensus très différent sur l'épineux sujet de la migration. Depuis la crise des migrants de 2015, les territoires d'Europe de l'Est, comme la Pologne et la Hongrie, ont été de farouches opposants aux politiques migratoires de l'UE. Aujourd'hui, d'innombrables réfugiés ukrainiens sont accueillis par Varsovie.

Tous ces ressentiments d'antan concernant la migration ont constamment entravé la réforme des protocoles d'asile de l'UE. Toutefois, à l'heure où je rédige cet article, nous nous attendons à ce que l'Union mette la dernière main à des mesures qui permettront aux citoyens ukrainiens d'obtenir une autorisation temporaire de séjourner dans l'UE-27 pour une durée maximale de trois ans. Le pont-levis qui avait été relevé à la suite de la crise des migrants de 2015 a finalement été abaissé une fois de plus, offrant aux personnes déplacées d'Ukraine une bouée de sauvetage absolument vitale.

Les actions de Poutine ont également réussi à réveiller la politique d'élargissement du bloc qui sommeillait. Celle-ci était en profonde hibernation depuis au moins une décennie. La Croatie a été le dernier pays à rejoindre l'UE en 2013. Depuis, d'autres pays attendent sur la touche. Naturellement, cette situation est entièrement due au fait que la Russie de Poutine voit d'un très mauvais œil les aspirations expansionnistes de l'UE et de l'OTAN. En particulier celles concernant l'Ukraine, que la Russie considère depuis longtemps comme une perte territoriale humiliante après la disparition de l'Union soviétique.

Toute idée d'adhésion de l'Ukraine à l'UE était, pour Poutine, un pas de trop. Une telle démarche aurait en effet amené "l'Occident" à deux pas de la frontière russe, ce qui aurait pu réduire ou du moins menacer la "sphère d'influence" de la Russie. L'éthique de l'OTAN du "tous pour un" et du "un pour tous" a été considérée, par les deux parties, comme un point d'éclair potentiellement dangereux qui pourrait facilement dégénérer et devenir le catalyseur d'un dangereux conflit entre la Russie et l'OTAN.

Dans un contre-sabre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a récemment déclaré : "Ils (les Ukrainiens) nous appartiennent. Ils sont l'un des nôtres et nous voulons qu'ils fassent partie de l'UE", mais il n'entre pas dans les attributions d'un président de la Commission européenne de décider seul de l'adhésion (ou non) de l'Ukraine à l'UE. Il est essentiel de se rappeler que cette adhésion (de l'Ukraine à l'UE) ne se produirait pas avant de nombreuses années. Ce qui est soudain différent, c'est que ce sujet est même sérieusement débattu à Bruxelles en ce moment, à un moment aussi délicat. Il y a quelques jours à peine, le sujet était totalement tabou et il était impensable d'envisager sérieusement l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. C'est ce qui rend l'incursion de Poutine si incroyablement bizarre.

L'Occident, jusqu'alors divisé, semble soudain s'agripper à la même feuille d'hymnes. Il y a un chœur croissant de récits harmonieux, tous désireux d'émettre une série de sanctions toujours plus sévères contre Moscou. Même les idées divergentes sur l'opportunité d'exclure ou non la Russie du système de paiement Swift ont été rapidement résolues.

La phobie de Poutine a même eu pour effet d'attirer la Finlande et la Suède, qui semblent maintenant plus désireuses que jamais de rejoindre l'Alliance de l'OTAN. Tout cela est dû à M. Poutine, dont l'incursion en territoire ukrainien semble avoir été totalement contre-productive à ses yeux.

Donc, loin de renforcer sa réputation à l'échelle nationale et internationale, Poutine a réussi à faire du président ukrainien Zelensky une sorte d'homme d'État international. Zelensky est désormais universellement admiré pour sa bravoure, son héroïsme et sa détermination. C'est un homme qui est totalement déterminé à s'opposer à une tyrannie qui a pris la forme d'une attaque totalement injustifiée, injustifiée et d'une violence choquante contre son pays et son peuple bien-aimés.

Confronté à un nombre de plus en plus réduit d'amis et d'alliés authentiques, tant dans son pays qu'à l'étranger, et à des actions qui semblent se retourner contre lui sur de trop nombreux fronts, Poutine a placé ses forces nucléaires en état d'alerte maximale. Mais même cette action des plus effrayantes n'a pas réussi jusqu'à présent à détourner l'attention de tous ces tabous majeurs qui sont véritablement brisés dans toute l'Europe et bien au-delà. On a certainement le sentiment que les marées changeantes de l'histoire conspirent contre M. Poutine.

D'après ce que beaucoup d'entre nous ont vu récemment, je pense qu'il est déjà clair qu'il n'y a qu'une seule personne qui a vraiment confiance dans la logique douteuse de Poutine - et c'est Poutine lui-même. Les expressions sur le visage de certains de ses militaires socialement distants, alors qu'il faisait jouer ses muscles nucléaires devant un public mondial complètement abasourdi, en disaient long.

Quoi qu'il en soit, il semble bien que la Russie de Poutine se soit mise au pied du mur. Que la Russie gagne ou perde la bataille en cours, on ne sait pas vraiment à quoi ressemble la "victoire" dans le monde réel. La Russie se retrouvera certainement isolée. Pour la plupart des gens, cela n'équivaut pas à une victoire du tout, quelle que soit la manière dont le Kremlin choisira de l'habiller.