La nouvelle du retour en vigueur du plan d'action global conjoint (JCPOA), au nom obscur, vous parviendra peut-être avant même cet article, mais la libération de Nazanin Zaghari-Ratcliffe mercredi a été un signal clair du retour en vigueur de l'accord sur le nucléaire iranien.

Mme Zaghari-Ratcliffe, citoyenne britannique née en Iran, avait été arrêtée à Téhéran en 2016 alors qu'elle rendait visite à sa mère et emprisonnée en tant qu'espionne. Elle était en fait prise en otage dans le but d'amener le Royaume-Uni à payer à la République islamique une dette très importante et très ancienne.

La situation de Zaghari-Ratcliffe s'est considérablement aggravée lorsque Boris Johnson, alors ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, a déclaré à tort qu'elle avait été en Iran pour "former des journalistes" (Il est connu pour ne pas lire ses résumés). Un an plus tard, sa fille Gabriella, âgée de 5 ans, a été renvoyée à Londres pour vivre avec son mari, Nazanin purgeant une peine de cinq ans de prison.

Puis soudain, mercredi, elle était sur le chemin du retour, et un autre otage britannique d'origine iranienne se trouvait dans le même avion. La nouvelle s'est répandue que la Grande-Bretagne avait finalement payé sa dette de 540 millions de dollars après 45 ans de retard. (Le Shah avait commandé des chars britanniques avant d'être renversé. La Grande-Bretagne a annulé la commande, mais a gardé l'argent). Le JCPOA est donc de nouveau en vigueur.

Dans l'accord de 2015, l'Iran a accepté de ne faire aucun travail qui le rapprocherait de la fabrication d'armes nucléaires pendant quinze ans en échange de la levée des sanctions commerciales internationales. C'était le grand succès de Barack Obama en matière de politique étrangère - ce qui explique peut-être pourquoi Donald Trump, cherchant à effacer toutes les réalisations du premier président noir de l'Amérique, a annulé l'accord en 2018.

L'ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s'attribue le mérite d'avoir convaincu Trump de commettre cet acte de vandalisme, ce qui peut être vrai ou non, mais en tout cas, cela n'a pas réellement tué l'accord.

Les autres signataires du JCPOA - la Chine, la France, l'Allemagne, la Russie et le Royaume-Uni - ont promis d'essayer de faire revenir les Américains, mais la plupart ont effectivement obéi aux sanctions commerciales que Trump avait unilatéralement imposées à l'Iran. L'Iran a attendu un an, puis a commencé à intensifier ses recherches nucléaires tous les trois mois, se rapprochant de plus en plus d'une capacité d'armement.

Le traité JCPOA stipulait que l'Iran ne devait pas enrichir l'uranium à plus de 3,67 %. Le mois dernier, il était à 60 %. Trump et Netanyahu étaient tous deux partis, et les officiers supérieurs israéliens et américains avaient conclu que l'ancien accord était mieux que rien.

Le président Joe Biden était du même avis, et il s'inquiétait également d'une confrontation imminente avec la Russie au sujet de l'Ukraine, si bien qu'à l'automne dernier, il a demandé à ses diplomates d'arrêter d'essayer d'arracher des concessions supplémentaires aux Iraniens. Il faut aller de l'avant!

Vous me suivez toujours ? Il y aura un test.

Les choses ont ensuite évolué rapidement, et à la fin du mois dernier, Josep Borrell, le responsable des affaires étrangères de l'Union européenne, déclarait qu'"un texte final est essentiellement prêt et sur la table", mais il ajoutait qu'"une pause dans les négociations de Vienne est nécessaire en raison de facteurs externes".

Ces facteurs externes sont l'invasion de l'Ukraine par la Russie et les sanctions occidentales qui ont suivi. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a exigé que Washington s'engage à ne pas imposer de sanctions sur tout accord commercial bilatéral entre la Russie et l'Iran après le retour en vigueur du JCPOA.

M. Lavrov ne pensait pas vraiment pouvoir obtenir cette promesse des États-Unis. Il voulait simplement bloquer la résurrection du JCPOA, du moins pour le moment, car cela permettrait à l'Iran de commencer à revendre son pétrole sur le marché international.

Pour l'instant, l'Iran exporte moins d'un million de barils par jour de pétrole brut, presque tous vers la Chine. Il pourrait vendre au moins un autre million et demi de barils par jour sur le marché international si les sanctions étaient enfin levées, et cette offre supplémentaire ferait certainement baisser fortement le prix du pétrole.

Les ventes de pétrole et de gaz sont à peu près la dernière grande source de devises étrangères pour la Russie. Le prix de référence du pétrole Brent est aujourd'hui de 95 dollars le baril, soit une baisse de plus de 40 dollars par rapport au pic de panique du mois dernier.

Le pétrole iranien supplémentaire pourrait le faire chuter de 20 à 30 dollars par baril, ce qui réduirait encore les revenus de la Russie et permettrait à l'Europe d'acheter davantage de pétrole à l'Iran, et non à la Russie. Mais il semble que Lavrov n'ait pas réussi à arracher de garanties, et que le JCPOA revienne vraiment. Bien.

Il y a tellement de pièces mobiles dans cet accord qu'il peut encore s'effondrer à la dernière seconde, bien sûr. Mais pour l'instant, il semble bon, et Nazanin Zaghari-Ratcliffe est déjà rentrée chez elle avec sa famille.