Cependant, les politiciens occidentaux ont eu droit à un réveil brutal. Aujourd'hui, ils s'empressent de suivre un cours accéléré sur la formulation de politiques énergétiques cohérentes. Car, avouons-le, Net Zero n'aurait jamais pu fonctionner malgré les bonnes intentions. Les lois des conséquences involontaires ont fait leur apparition.

Moins d'un mois après les incursions russes en Ukraine, un certain nombre de dirigeants européens se sont déjà empressés de prendre leurs distances par rapport à l'objectif autrefois sacré du Net Zéro. Ils sont poussés à reconsidérer rapidement leurs positions respectives en matière de sécurité énergétique. S'ils ne le font pas, les lumières s'éteindront.

Contrairement au léopard proverbial, les politiciens changent leurs taches, ce qui les fait ressembler davantage à des caméléons. Bien sûr, je me rends compte qu'il s'agit là de circonstances sans précédent, mais Net Zero avait presque acquis le statut de culte. C'était devenu une doctrine enracinée qui imprégnait comme une bonne marinade. Si quelqu'un, au Royaume-Uni ou ailleurs dans le monde occidental, osait souffler un mot de doute sur le Net Zéro, il risquait de devenir un paria.

Je ne suis pas en train de "nier" quoi que ce soit. Le changement climatique est réel. Je le comprends. Toute personne dotée d'yeux et d'oreilles comprend l'urgence de s'attaquer aux problèmes climatiques. Réduire la quantité de gaz nocifs rejetés dans l'atmosphère que nous respirons TOUS ne peut être que positif. Ce dont nous avons surtout besoin, c'est d'un débat honnête et rationnel à ce sujet.

Certains des remèdes proposés jusqu'à présent ont été plus que ridicules. Par exemple, l'Occident a exporté une grande partie de ses émissions manufacturières vers l'Extrême-Orient. Les politiciens occidentaux ont eu le culot de souligner à quel point NOTRE air et NOS rivières étaient devenus merveilleusement propres, alors que des villes comme Pékin étouffaient dans des panaches de smog âcre, largement généré par la production de biens de consommation occidentaux. Je n'ai jamais considéré qu'il était trop difficile d'identifier la différence entre des mesures authentiques pour aider à résoudre nos problèmes climatiques et des signaux de vertu flagrants, ces derniers étant aussi inutiles qu'un âne à trois pattes au Grand National d'Aintree.

Le gouvernement britannique est en train de revoir sa position sur l'épineuse question de la production nationale de pétrole et de gaz. Il semble y avoir un consensus entre les partis, avec de rares manifestations de solidarité de Westminster. À tel point qu'il pourrait bientôt être difficile de trouver un politicien de premier plan qui avouerait volontiers avoir un jour dit "amen" à cet idéal de longue date consistant à déléguer notre sécurité énergétique à des despotes comme Poutine. Les politiciens du monde occidental ont compris que nous sommes limités par l'emprise du Kremlin. Il est difficile d'envisager une issue sans causer un préjudice encore plus grave.

Quelle que soit votre opinion personnelle sur l'ancien président américain Donald Trump, il n'a pas tardé à identifier l'énorme folie de renoncer à la sécurité énergétique de l'Amérique. Il a affirmé qu'il n'était pas possible d'atteindre le niveau "net zéro" tant que l'énergie d'origine nationale ne pouvait pas être remplacée par des alternatives réellement viables. Des alternatives qui pourraient être entièrement contrôlées par les Américains, et non par des régimes étrangers agressifs qui prospèrent en fait en déclenchant l'instabilité géopolitique. Nous pouvons voir ce scénario se dérouler en ce moment même. La guerre de Poutine a fait augmenter la valeur de gros du pétrole et du gaz russes à hauteur de quelque 350 milliards de livres par jour. Pour Poutine, cela équivaut à une offensive militaire " Pay As You Go " en Ukraine.

En réalité, les pays développés (et même les pays en développement) continueront d'avoir besoin de pétrole et de gaz pendant des décennies. Le gaz fournit près de la moitié de toute notre énergie, que ce soit pour les transports, le chauffage de nos maisons, les besoins industriels ou la production d'électricité. Les énergies renouvelables, telles que le solaire, l'éolien ou l'hydroélectricité, ne produisent actuellement qu'environ 5 % de l'électricité.

Même si nous parvenons à remplacer tous nos véhicules par des véhicules électriques d'ici 2050, nous devrons augmenter massivement notre capacité de production afin de faire face à l'énorme demande que les bornes de recharge des véhicules électriques feront peser sur le réseau. Les énergies renouvelables ne suffiront pas à elles seules à répondre à une demande future aussi massive. La question est la suivante : que se passera-t-il si nous rencontrons des anticyclones prolongés et que le vent cesse de souffler ? Ou si nous sommes confrontés à des périodes prolongées sans soleil. Au Royaume-Uni et en Irlande, il ne faut pas beaucoup d'imagination pour envisager des jours sombres et sans soleil.

Le fait est que la technologie a évolué à pas de géant ces dernières années. Les nouvelles technologies permettent désormais d'extraire le gaz naturel du schiste d'une manière économiquement viable. Les îles britanniques disposent de vastes réserves, d'une valeur estimée à deux mille milliards de livres. Le schiste de Bowman, dans le Lancashire, est connu pour être l'une des réserves de gaz de schiste les plus riches jamais découvertes, mais elle reste inexploitée principalement parce que les gouvernements successifs ont capitulé devant la brigade locale NIMBY avec ses banderoles de protestation, ses fourches et ses manches à balai. Les votes comptent plus que la sécurité énergétique, du moins c'est ce qu'on pourrait croire.

Cependant, les attitudes politiques à l'égard de la sécurité énergétique ont changé bien avant que Poutine n'envahisse l'Ukraine. Une crise du coût de la vie était imminente depuis des mois. On prévoyait que les factures d'énergie des ménages allaient s'envoler dès que nos économies assiégées sortiraient progressivement d'un blocage prolongé induit par le COVID. Pour cette raison, les politiciens auront beaucoup de mal à convaincre le public que tous nos problèmes énergétiques actuels peuvent être attribués à la rareté des approvisionnements étrangers. Les gouvernements successifs n'ont pas voulu exploiter les énormes réserves de gaz de schiste de peur de s'aliéner quelques électeurs potentiels grincheux.

Certains diront que les prix élevés du pétrole et du gaz renforcent les arguments en faveur des installations éoliennes en mer. Mais le vent, en soi, n'est pas une alternative vraiment viable. L'énergie éolienne n'est pas fiable et nécessite de grandes réserves de combustibles fossiles en guise d'appoint. D'autres pourraient faire valoir que le gaz de schiste ne peut être extrait assez rapidement pour atténuer les pénuries actuelles et que la production de gaz de schiste au Royaume-Uni ne réduirait pas à elle seule les prix de gros. Pourtant, la valeur du gaz de schiste américain a plus que diminué de moitié en moins de dix ans. Les prix américains sont restés raisonnablement bas alors que les prix européens ont été multipliés par plus de six.

L'extraction du gaz de schiste présente donc d'énormes avantages. Bien menée, elle pourrait créer de nombreux emplois bien rémunérés. Un autre avantage non négligeable est que la valeur du produit générerait d'énormes recettes fiscales au lieu que d'énormes quantités d'argent aillent gonfler le gros coffre de guerre de Poutine.

Bien sûr, nous savons tous que le gaz de schiste est une autre matière première limitée, mais ce n'est pas vraiment le sujet pour le moment. En effet, le gaz de schiste pourrait devenir la solution à court terme qui nous permettrait de gagner le temps nécessaire pour nous sevrer de l'énergie russe.

Ce que nous ne devons certainement plus jamais faire, c'est nous asseoir et regarder d'énormes parties de notre importante infrastructure nationale être vendues au plus offrant. En agissant de la sorte, nous risquons de voir notre sécurité énergétique tomber entre les mains d'encore plus de grands conglomérats étrangers, souvent influencés par des régimes nettement inamicaux. Si nous n'examinons pas ces questions avec soin, de manière dépassionnée et logique, nous continuerons à goûter les fruits amers de nos folies.

En résumé, aucun territoire ne peut plus se permettre de compromettre sa sécurité énergétique. On ne peut plus jamais faire confiance à Poutine, ni à de nombreux autres régimes qui ont la capacité de nous rançonner.