Les politiciens conservateurs qui ont fait les gros titres la semaine dernière, écrit-il, étaient "un pédophile, un adultère en série et un menteur compulsif, un beau mais moralement ruiné prodige de la finance, et une brute qui envoie des immigrants au Rwanda".

"Cela ressemble moins à un gouvernement qu'à une équipe spéciale de criminels condamnés à qui on a rendu la liberté en échange de l'acceptation d'une mission impossible derrière les lignes ennemies dans un film de guerre des années 1970 financé par l'Italie". Operation Dynamite Bastards !!!!"

Imran Ahmad Khan, un député conservateur, a démissionné après avoir été reconnu coupable d'agression sexuelle sur un garçon de 15 ans, mais la véritable histoire, c'est qu'un autre député conservateur, Crispin Blunt, ancien ministre de la Justice, a condamné sa condamnation comme étant "un scandale international, avec d'effroyables implications plus larges pour des millions de musulmans LGBT+ dans le monde entier."

Le "serial adultère et menteur compulsif" était bien sûr le Premier ministre Al "Boris" Johnson, refusant toujours de nier qu'il n'a pas plus d'enfants que les sept qu'il admet avoir eus avec différentes mères. Mais c'est la partie "menteur compulsif" de l'acte d'accusation qui a retenu l'attention la semaine dernière.

Il s'agissait en fait d'une question juridique. Depuis plus d'un an, le gouvernement conservateur est hanté par le "Partygate", un scandale permanent concernant les nombreuses réceptions organisées dans la résidence et le bureau du Premier ministre, le 10 Downing Street, alors que le pays tout entier était en état d'urgence.

Les règles de l'époque, annoncées par Johnson lui-même à la télévision nationale, stipulaient que pas plus de deux personnes de ménages différents ne pouvaient être ensemble à l'intérieur, sauf pour des raisons professionnelles. Cependant, les fêtes au numéro 10 sont presque hebdomadaires : fêtes d'anniversaire, fêtes de départ, fêtes du vendredi de remerciement. Il y avait même un frigo à boissons dans le bureau.

Les révélations sur ces fêtes sont apparues une à une il y a environ un an, chacune d'entre elles étant niée par Johnson, tant au public qu'au Parlement (où mentir délibérément est un délit de démission). La police a fini par s'en mêler, car il s'agissait d'infractions pénales, et les premières amendes ont été infligées à Johnson et à d'autres conservateurs de haut rang la semaine dernière.

La police traite les infractions une par une, au compte-gouttes, et Johnson devrait recevoir jusqu'à cinq autres amendes. Il va également devoir s'effacer pour avoir menti au Parlement, et même si la majorité conservatrice le sauve pour le moment, son parti a irrémédiablement perdu la foi en lui.

Le "beau mais moralement incapable" est Rishi Sunak, le chancelier de l'Échiquier (ministre des finances), qui était considéré par tous comme le principal rival de Johnson et son éventuel remplaçant, jusqu'à ce qu'il tombe en disgrâce il y a quelques semaines. Il a lui aussi été mis à l'amende pour les fêtes, mais son plus gros problème est celui de ses finances personnelles.

On a d'abord appris que l'épouse de Sunak, une héritière indienne, a exploité une faille fiscale pour éviter de payer des impôts britanniques sur ses revenus de dividendes de 15 millions de dollars par an. Tout ce qu'elle avait à faire était de déclarer qu'elle n'avait pas l'intention de rester au Royaume-Uni de façon permanente - ce qui est peut-être vrai, car il est ensuite apparu que Rishi et elle avaient tous deux conservé leur carte verte délivrée par les États-Unis.

Cela met fin aux ambitions de Sunak en tant que Premier ministre - et puis il y a la "brute qui envoie des immigrants au Rwanda", la ministre de l'Intérieur Priti Patel. Elle a annoncé ce plan la semaine dernière alors qu'elle remettait un acompte de 120 millions de livres au dictateur rwandais Paul Kagame pour qu'il retire les demandeurs d'asile des mains de la Grande-Bretagne.

C'est probablement illégal, et Patel est sans doute consciente que cela n'arrivera jamais vraiment. Elle ne fait que jeter de la viande rouge aux électeurs racistes et anti-immigrants qui ont joué un rôle important dans l'arrivée au pouvoir de Johnson & Co. lors des dernières élections. Mais elle n'a pas résolu le plus gros problème, à savoir ce qu'il faut faire de Johnson. Personne ne l'a fait.

La popularité de Johnson au sein du parti et dans le pays s'est effondrée, et même sa récente posture sub-chrétienne en Ukraine n'a rien fait pour la rétablir. Mais après le déclin de l'étoile de Rishi Sunak, les conservateurs n'ont pas d'autre candidat qui puisse titiller l'électorat. De plus, Johnson ne partira certainement pas sans se battre.

L'issue la plus probable est l'impasse : un gouvernement impopulaire qui se dirige vers une crise du coût de la vie, sans stratégie visible et à deux ans des prochaines élections. Ils n'ont pas de politique au-delà du "Brexit", qui n'inspire même plus ses anciens partisans, et le souhait le plus cher de leurs ennemis est que Johnson reste au pouvoir jusqu'à ce que les élections arrivent enfin.

Il le fera probablement.