Puis le cyclone Idai, fin mars, qui détruit pratiquement la ville de Beira au Mozambique, faisant plus de 750 victimes. Trois semaines plus tard, la dépression subtropicale Issa frappe la côte est de l'Afrique du Sud, tuant 450 personnes dans la région de Durban. En trois mois, des millions de personnes se retrouvent sans abri en Tanzanie, au Mozambique et en Afrique du Sud.

Et le fait est qu'il y a seulement cinq ans, il n'y avait qu'une ou deux de ces tempêtes par an dans la région. Il y a quinze ans, la moyenne n'était même pas d'une par an. "Cela nous dit que le changement climatique est sérieux, il est là", a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa. Bien vu, monsieur. Un peu tard, cependant.

Cyclones dans l'océan Indien, typhons dans le Pacifique occidental, ouragans dans les Caraïbes - c'est la même bête, juste des noms différents. De même que les "tempêtes tropicales" et les "dépressions subtropicales" ; c'est encore la même chose, mais avec une vitesse de vent plus faible. Mais c'est toujours assez pour arracher le toit de votre cabane, et peut-être même vous noyer si vous vivez sur le côté d'un ravin.

Ce qui est étonnant, c'est de voir à quel point ils sont tous surpris lorsque l'avenir que les scientifiques et les militants ont prédit pendant des années arrive enfin. N'ont-ils pas reçu le mémo ?

Ce n'est pas sorcier. Lorsque la température globale augmente, elle réchauffe la surface de l'océan. Lorsque la surface de la mer est supérieure à 26,5 degrés Celsius (80°F), elle a suffisamment d'énergie pour alimenter les ouragans/cyclones/typhons. L'ouest de l'océan Indien dépasse actuellement cette température à la fin de l'été et au début de l'automne (janvier-avril), ce qui favorise évidemment l'apparition de cyclones.

Les politiciens d'Afrique australe ne sont pas particulièrement déréglés à cet égard. L'ensemble de la profession politique est congénitalement incapable de se concentrer sur le long terme pendant plus de vingt minutes à la fois, car les pressions exercées pour résoudre les problèmes à court terme sont écrasantes. Ce n'est pas un défaut du processus politique, c'est une caractéristique.

Il est inutile d'en parler aux politiciens japonais ou jamaïcains, car ils sont habitués à être frappés de temps à autre par ces tempêtes tropicales dévastatrices. Ils savent - ou pensent savoir - qu'il n'y a rien à faire contre cela, à part construire de meilleures défenses maritimes et des abris plus solides. Mais ils ont peut-être tort.

On dit qu'on ne peut rien faire contre le temps, mais il est peut-être possible d'affaiblir, voire d'arrêter ces tempêtes. Et l'Afrique australe est peut-être l'endroit idéal pour essayer, car elle ne s'est pas encore habituée à une procession constante de violentes tempêtes tropicales. Ils pourraient même être ouverts à l'idée qu'ils n'ont pas à s'y habituer.

L'année dernière, j'ai interviewé un professeur d'ingénierie à la retraite, Stephen Salter, qui a commencé à travailler sur un projet de refroidissement du climat il y a plusieurs décennies, en collaboration avec le professeur John Latham, un climatologue renommé. Latham est décédé l'année dernière, mais le projet est prêt à commencer la construction de prototypes, et il pourrait vraiment fonctionner.

L'idée est de construire une flotte de navires sans équipage, alimentés par le vent et guidés par satellite, qui se positionnent sous les nuages bas et fins très courants dans les océans tropicaux - les "stratocumulus marins" - et pulvérisent une fine brume d'eau qui les épaissit afin qu'ils réfléchissent davantage la lumière du soleil.

En réfléchissant davantage la lumière du soleil, on refroidit la planète entière, mais surtout la surface de l'océan sous ces nuages. Une petite équipe de la Southern Cross University, dans le Queensland, expérimente déjà cette technologie pour refroidir les eaux du nord-est de l'Australie et sauver les coraux de la Grande Barrière de Corail.

Les grandes tempêtes tropicales "nommées" se forment généralement dans des zones bien définies des océans Atlantique, Indien et Pacifique, qui ne sont pas d'une taille ingérable pour des flottes mobiles de navires de pulvérisation. Il suffit de faire baisser la température de la surface de la mer d'un degré ou moins pour que la plupart des tempêtes qui se forment ne soient jamais assez grosses pour mériter un nom.

Cela vaut la peine d'essayer, et peut-être que l'Afrique du Sud est suffisamment novice dans ce type de temps pour croire qu'il est possible de l'arrêter. L'Afrique du Sud devrait prendre l'initiative, car c'est là que se trouvent la plupart des fonds et des compétences scientifiques et techniques, mais c'est une question qui concerne toute la côte est du continent.

En fait, c'est une technologie qui concerne le monde entier. Nous aurons presque certainement besoin de technologies pour maintenir la température mondiale à un niveau bas pendant que nous nous efforçons d'éliminer nos émissions de gaz à effet de serre, et ce serait une forme de géo-ingénierie relativement douce, contrôlable et abordable.

Il s'agirait également d'un projet d'importance scientifique et politique mondiale mené par des Africains, ce qui n'a que trop tardé.