Je me souviens qu'enfant, j'avais le droit de me tenir sur un tabouret dans la cuisine pour "aider" ma mère à faire de la pâte, recouverte de farine (et j'avais le droit de faire cuire une de mes "formes" de pâte), ou simplement de fouiller dans son tiroir d'ustensiles de cuisine, et cela m'a fait penser à combien de ces vieux outils ont résisté à l'épreuve du temps, ou pourraient même être utiles à nouveau.

Les pagaies à beurre faisaient partie de sa collection et consistaient en deux pagaies en bois avec des rainures coupées dans le sens de la longueur sur chacune d'elles. Pour les occasions spéciales, un bloc de beurre était découpé en petits carrés égaux et placé péniblement un par un entre les palettes, puis transformé en boule en faisant rouler les palettes dans des mouvements circulaires opposés. Je me demande si c'était une façon originale de rationner le beurre pendant ou après la Seconde Guerre mondiale.

Hachoir à éponges - il s'agissait d'un dispositif en métal lourd qu'elle vissait sur le bord de la table ou du comptoir de la cuisine (il n'y avait pas de ventouses à l'époque), avec la planche à pain calée sur le dessus pour que la pince ne marque pas la table ! Utilisé pour hacher des trucs - généralement les restes du rôti du dimanche pour en faire du hachis pour un pâté chinois le lundi. Contractez vos muscles et faites tourner la manivelle à fond ! Il y avait une sélection de différents couteaux pour hacher différentes choses, je ne me souviens pas à quoi servaient les autres, parce que je ne les ai jamais vus être utilisés.

Le coupe-frites en métal - une pomme de terre épluchée était placée dans cet appareil en métal robuste, et un levier était tiré vers le bas, comme une machine de torture médiévale, et voilà que des frites parfaites sortaient de l'autre extrémité !

Nid d'emporte-pièces - si je me souviens bien, ils servaient généralement à découper des scones en formes égales après avoir étalé la pâte. Il y avait trois tailles différentes, toujours maintenues ensemble par un morceau de ficelle poilue !

Fouet à main - il y avait deux petits batteurs et une roue que l'on tournait manuellement pour faire circuler les fouets. On mourrait d'épuisement en essayant de transformer les blancs d'oeufs en meringues.

Bac à glace en métal - pour faire sortir les glaçons, il fallait le faire flotter avec précaution au-dessus d'un bol d'eau chaude pour chauffer suffisamment le métal pour que les glaçons commencent à fondre, puis on se gelait le bout des doigts en essayant de sortir les petits trucs.

Trancheuse en fil de fer pour les oeufs. Huit ou dix longueurs de fil de fer dans un cadre que vous poussiez sur un œuf dur pour le couper en tranches - les œufs en tranches étaient un aliment de base des salades à l'époque, ou dans un sandwich - avec de la crème à salade.

La louche à sucre - il y avait toujours un sucrier avec une petite cuillère courbée à l'intérieur, juste pour mettre le sucre dans le thé, afin que la cuillère à remuer ne fasse pas de grumeaux beiges dans le sucrier.

Cuillère à melon - on peut encore en trouver, comme une cuillère à glace miniature, avec des tailles différentes à chaque extrémité du manche, pour faire des boules de melon pour les salades de fruits.

Séparateur d'oeufs - il s'agit d'un appareil plus facile à utiliser aujourd'hui, mais vous pouvez toujours vous procurer le modèle original. Il s'agissait d'un appareil en métal avec une poignée et une sorte de passoire dans laquelle vous laissiez tomber un œuf, et après beaucoup de secousses et d'oscillations, le blanc se séparait et laissait le jaune dans la tasse.

Les oiseaux à tarte - j'adorais ça, et de nos jours, les anciens sont des objets de collection. Un petit oiseau en céramique, généralement un merle, au bec ouvert, est utilisé au centre d'une tarte pour empêcher la croûte supérieure de couler.

La plupart d'entre eux ont été remplacés par des appareils modernes ou n'existent tout simplement plus. Les nouveautés vont et viennent également - le briseur de gâteau, par exemple, ressemble à un peigne métallique géant avec de longues dents. Il était en fait destiné à couper les gâteaux délicats comme les gâteaux des anges.

C'était un travail difficile d'être un cuisinier à cette époque ! Je me demande combien d'inventions d'aujourd'hui seront encore là pour les générations futures ?