Carla Rêgo est la présidente de Health4Moz, une association dont l'objectif principal est de garantir une formation de qualité aux futurs médecins mozambicains. L'association a été créée en 2013, "de manière très spontanée", a expliqué le médecin à The Portugal News.

Soutenir les personnes dans le besoin

La professionnelle de santé est également professeur à la faculté de médecine de Porto (FMUP) et lors d'une rencontre avec un recteur mozambicain, elle a découvert que le pays avait des problèmes concernant le secteur de la santé. Selon Carla Rêgo, le Mozambique n'a pas assez de médecins pour sa population. Par exemple, pour 15 millions d'enfants et de jeunes, il n'y a que "87 pédiatres". La rectrice a également fait part de son mécontentement quant au manque de professeurs pour enseigner la médecine à un plus grand nombre de personnes. C'est dans ce contexte qu'est née Health4Moz, qui garantit volontairement la formation de nombreux étudiants en médecine dans les universités mozambicaines.

En neuf ans, 61 missions ont déjà été réalisées au Mozambique, ainsi que 28 webinaires ont été présentés, à une époque où la population ne pouvait pas sortir de chez elle en raison des restrictions pour contenir le Covid-19. Au total, "plus de 200 médecins, infirmiers et dentistes portugais" participent au projet, qui travaillent bénévolement et dispensent des formations dans des domaines "tels que la pédiatrie, la cardiologie, la chirurgie, la dentisterie, l'obstétrique, la chirurgie pédiatrique, l'ophtalmologie, l'endocrinologie et bien d'autres". Depuis neuf ans, Health4Moz a déjà réussi à former plus de "20 000 médecins, infirmiers, dentistes et techniciens" au Mozambique.


Reconstruction d'un hôpital

Bien que l'accent reste mis sur la formation de nouveaux médecins, Health4Moz intervient également dans d'autres domaines. Après le cyclone Idai, qui a frappé le Mozambique en 2019, a détruit l'un des principaux hôpitaux du pays, l'Hospital da Beira. Le président de l'association a déclaré que le plafond de la pouponnière s'est effondré, et que tous les pavillons ont été détruits, mais qu'il fallait tout de même aider les personnes en situation d'urgence.

Dans le contexte de la catastrophe environnementale, certains professionnels de la santé, ainsi que l'Ordem dos Médicos, ont créé un mouvement appelé United for Beira, qui visait à reconstruire l'ensemble de l'hôpital. Au cours de ce processus, un soutien a été demandé à la mairie de Porto, qui a fait don de "100 000 euros" pour reconstruire le bloc chirurgical, qui a également été détruit. Cependant, le mouvement a également envoyé des professionnels de la santé pour soutenir leurs collègues mozambicains.

Après trois ans, l'hôpital est en grande partie reconstruit, grâce à un investissement de plus de deux millions d'euros, réalisé avec le soutien de nombreuses entités. Au cours du processus de reconstruction, un des blocs a également été récupéré pour créer un centre de formation.


Soutenir la cause

Carla Rêgo mentionne que les municipalités de Porto, Sintra, Coimbra et l'entreprise Visabeira ont été les principaux responsables qui ont donné les montants monétaires nécessaires aux travaux qui sont maintenant presque terminés à l'hôpital da Beira. Cependant, tout le monde peut faire un don à Health4Moz à partir de leur site web https://health4moz.com/.

Il existe d'autres initiatives de collecte de fonds, comme Art4Moz, qui réunit des artistes portugais et mozambicains dont les œuvres seront mises en vente, une partie des fonds étant reversée à Health4Moz.

Health4Moz promet de continuer à se battre pour la formation de ceux qui en ont le plus besoin, ainsi qu'à soutenir le Mozambique dans toutes les causes possibles.