Certes, Trump n'est pas un dénonciateur traditionnel, mû par des motivations élevées et le besoin de dire la vérité au pouvoir. Il s'agit plutôt d'un rat de meute, dont les motivations pour voler des documents gouvernementaux peuvent être obscures, même pour lui-même. (J'utilise le mot "voler" parce que c'est le mot qui a été utilisé pour tous les hommes honorables dont il a suivi les traces).

Peut-être que Trump prenait les documents - et s'y accrochait farouchement malgré les demandes insistantes de restitution de la part des Archives nationales, du ministère de la Justice et du FBI - avec une vague idée qu'ils pourraient s'avérer utiles un jour. Mais pour quoi faire ? Faire du chantage ? Les vendre aux Russes ? Écrire ses mémoires ?

Prenez la pièce maîtresse des documents qui ont été saisis dans la propriété de Trump à Mar-a-Lago lors du raid du FBI le 8 août, qui contiendraient des informations sur "les défenses militaires d'un gouvernement étranger, y compris ses capacités nucléaires."

Et alors ? Il ne contiendra probablement aucune information sur la façon dont ces données ont été acquises, surtout si cela a impliqué des "humint" (espions). C'est vraiment juste un des souvenirs de Trump, et il est presque certain que cela ne ferait aucun mal s'il était publié.

Trump est convaincu que cette enquête a été lancée par Joe Biden, "son" ministère de la Justice et "son" FBI. Cependant, il est beaucoup plus probable qu'il s'agisse simplement d'énormes dinosaures bureaucratiques faisant ce qu'ils ont toujours fait.

Les agences de renseignement essaient toujours de cacher leurs activités, mais le plus souvent parce que leurs actions sont incompétentes, non pertinentes ou illégales . C'est la mystique qui justifie leurs immenses budgets, et non leurs réalisations réelles. C'est pourquoi elles sont si vindicatives, même lorsque les secrets qui ont été révélés ne sont pas vraiment très importants.

En effet, lorsqu'ils consacrent d'énormes ressources à traquer et à punir les dénonciateurs, c'est parce que ce qu'ils ont révélé est embarrassant pour les agences ou les gouvernements qu'ils servent. Les vrais espions qui volent des secrets nationaux vitaux (il y en a, mais beaucoup moins qu'on ne le croit) sont tués, emprisonnés ou échangés sans grand bruit.

Ce que Daniel Ellsberg a révélé en 1971 était une histoire top secrète de 7 000 pages sur l'engagement des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam jusqu'en 1968, qu'il avait lui-même contribué à rédiger. Ce document ne contenait aucune information sur les opérations en cours, mais une foule de détails profondément embarrassants sur la façon dont le gouvernement américain s'est engagé dans cette guerre stupide et sur la façon dont il l'a menée.

La publication de ce document était un service public, comme la plupart des Américains ont fini par en convenir. Mais pas avant qu'Ellsberg ne soit inculpé en vertu de la loi sur l'espionnage et ne passe plusieurs années à se défendre contre des accusations qui auraient pu le conduire à une peine de 115 ans de prison.

Mordechai Vanunu était un Israélien qui a révélé les détails du programme d'armement nucléaire d'Israël en 1986, environ vingt ans après la construction des premières armes. Leur existence était le plus grand des secrets - littéralement, tous ceux qui s'y intéressaient étaient déjà au courant - mais il a été enlevé alors qu'il se trouvait à l'étranger, jugé et emprisonné pendant 18 ans.

Les déplacements et les contacts de Vanunu sont toujours strictement contrôlés, et il ne peut pas quitter Israël. Son dernier message sur Twitter (ce mois-ci) se lit comme suit : "Pas encore de liberté, continuer à attendre, rien n'a changé, aucune nouvelle ici, un mois de plus, et une année de plus, depuis 1986, mais la liberté doit venir."

Edward Snowden travaillait pour l'Agence nationale de sécurité américaine, et a révélé en 2013 la vaste étendue des programmes de surveillance mondiale gérés par la NSA. Plusieurs milliers d'individus ont été ciblés, jusqu'aux chefs de plusieurs gouvernements alliés.

Snowden avait l'esprit de quitter les États-Unis avant de partager ses données avec les principaux journaux, mais le département d'État américain a révoqué son passeport et l'a piégé alors qu'il était en transit à Moscou... Il y est toujours coincé aujourd'hui.

Et bien sûr, il y a Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui a profondément embarrassé la CIA en 2010 en mettant sur le web une énorme quantité de documents secrets américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan. Depuis lors, il tente d'éviter l'extradition vers les États-Unis, presque tout ce temps en détention d'une manière ou d'une autre.

Donald Trump est donc en bien meilleure compagnie qu'il ne le mérite, et ses motivations pour prendre tous ces documents secrets n'étaient pas claires. Mais les documents eux-mêmes, même s'ils portent la mention "Top secret - à brûler avant lecture" ou autre, ne sont probablement pas plus dangereux pour la sécurité nationale des États-Unis que ceux publiés par ses prédécesseurs.

Ils ont finalement eu Al Capone pour fraude fiscale, mais ils ne devraient pas avoir Donald Trump pour cela.