Ce n'est probablement pas le cas. Le président russe a l'habitude, lorsqu'il se heurte à un revers majeur, de s'engager dans une escalade, il n'agit donc pas hors de son personnage. Cependant, il est clairement mal informé par ses propres généraux, ou ne les écoute tout simplement pas.

L'idée que 300 000 réservistes (qui ont reçu une formation militaire limitée il y a des années) et des spécialistes techniques de toutes sortes (sans aucune expérience militaire) puissent être transformés en une force de combat utile en quelques semaines, voire en quelques mois, est bizarre. Cela montre à quel point Poutine est ignorant des affaires militaires.

L'armée russe ne dispose pas de l'équipement nécessaire pour armer tous ces gens, ni même d'un nombre suffisant de formateurs qui ne sont pas déjà au front pour en faire de véritables soldats. Lorsque ces conscrits, pour la plupart réticents, seront introduits petit à petit dans une armée déjà démoralisée, ils ne feront qu'aggraver le chaos.

Ensuite, il y a les "référendums". Après avoir reporté les projets d'organisation de référendums sur l'adhésion à la Russie dans les quatre provinces qu'il contrôle en partie, Poutine les a soudainement remis au programme après les grandes avancées ukrainiennes de la mi-septembre. Le vote a commencé vendredi dernier dans les parties occupées par la Russie des provinces de Louhansk, Donetsk, Zaporizhzhiya et Kherson.

Des soldats russes armés ont fait du porte-à-porte avec des urnes, demandant aux gens s'ils voulaient rejoindre la Russie. Les soldats notaient les réponses (une pour toute la famille), puis les mettaient dans l'urne.

La solution était déjà trouvée ; la question est de savoir pourquoi ils se sont donné la peine de jouer cette comédie. De toute évidence, Poutine avait besoin de distraire les Russes du récent désastre militaire, mais il avait peut-être aussi une autre raison de précipiter le vote et d'annexer toutes les terres que ses troupes détiennent désormais.

Si les régions conquises devenaient "territoire russe", il pourrait prétendre que toute nouvelle tentative de l'Ukraine de les reconquérir constitue une attaque contre la Russie elle-même. Les Ukrainiens ignoreraient évidemment ce stratagème juridique, mais cela lui permettrait (selon les règles russes) de lancer l'utilisation d'armes nucléaires.

Poutine sait que l'Occident connaît le fonctionnement des règles russes en matière d'armes nucléaires, et il espère peut-être que cela rendra ses menaces de guerre nucléaire plus plausibles. Il espère donc que cela rendra ses menaces de guerre nucléaire plus plausibles. Ce ne sera probablement pas le cas, mais qu'obtient-on lorsque l'on appelle le bluff d'un homme qui ne bluffe pas ?

Peut-être qu'il ne fait que profiter de sa réputation et qu'il bluffe vraiment cette fois, mais il est inutile de le suivre dans cette voie. Considérons ce dont nous sommes certains.

La Russie est en train de perdre la guerre en Ukraine, bien que lentement, et il y a peu de chances que son armée puisse inverser la tendance. 300 000 conscrits supplémentaires, mal formés et pleins de ressentiment, ne feront pas une grande différence si le récipient dans lequel ils doivent être versés, l'armée russe, est déjà brisé.

La position de Poutine, voire sa vie, est en danger en cas de nouvelle victoire ukrainienne. Il ne le sait peut-être pas encore, mais il finira par comprendre que sa survie dépend d'une paix négociée qui ne l'humilie pas complètement, lui et la Russie - par exemple, un cessez-le-feu qui ramène les deux parties aux lignes de cessez-le-feu d'avant 2014.

Son problème sera que les Ukrainiens sont actuellement pleins de confiance et peu enclins à la lui accorder. Ils veulent récupérer tous les territoires qu'ils ont volés, et le seul levier qui pourrait les faire changer d'avis (ainsi que leurs partisans occidentaux) est une frappe nucléaire sur l'Ukraine.

Il ne s'agirait que d'une toute petite arme nucléaire "tactique" (d'une portée inférieure à une kilotonne), lancée sur un territoire peu peuplé ou au large des côtes ukrainiennes. Cela ne pourrait pas être plus que cela, car les généraux de la chaîne de commandement russe n'accepteraient pas d'ordres pour une frappe plus importante qui pourrait déclencher une guerre nucléaire totale. Ils sont peut-être corrompus, mais la plupart d'entre eux aiment leur famille.

Ils pourraient toutefois opter pour une seule bombe nucléaire, surtout si Poutine parvient à les persuader qu'il s'agit d'un stratagème diplomatique raisonnablement sûr visant à forcer les Ukrainiens, voire l'OTAN, à s'asseoir à la table des négociations. Que devraient donc faire ces derniers si cela se produisait ?

Le fait essentiel à garder à l'esprit est que les mêmes généraux russes n'intensifieraient probablement pas l'escalade si l'OTAN ne faisait aucune réponse nucléaire à cette seule bombe nucléaire russe. Ils attendraient simplement que la terreur et la répulsion qui balaient la Russie et tous les autres pays fassent tomber Poutine.

Puis-je garantir que cela se produira ? Bien sûr que non, mais c'est probablement ce qui se passerait. Et qu'est-ce qu'on perdrait en attendant de voir si ça arrive ?