Ces derniers avertissements sévères proviennent de Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine. À la suite des référendums russes critiqués par la communauté internationale, le monde s'attend désormais à ce que la Russie annonce l'annexion du territoire ukrainien nouvellement conquis. En raison de ces nouveaux développements, des appels ont déjà été lancés pour que le peuple russe se soulève contre le régime de Poutine. L'inquiétude généralisée, les protestations et le spectacle de milliers de conscrits fuyant le pays montrent que des millions de Russes en ont désormais assez de ce conflit.

Mais l'Ukraine doit se préparer à l'impensable. M. Kyrylenko a prévenu que si la Russie recourait à "l'option nucléaire", cela la plongerait (la Russie) dans "un abîme". Il a lancé un avertissement aux centaines de milliers de conscrits russes, qui sont actuellement mobilisés pour combattre sur la ligne de front : s'ils se rendent en Ukraine, ils "mourront, seront blessés ou capturés". Il a conseillé aux conscrits (dont beaucoup sont connus pour participer malgré eux à la guerre de Poutine) de rester en Russie et de "s'élever contre le régime de Poutine" plutôt que de risquer d'être tués ou mutilés sur la ligne de front.

Le gouverneur Kyrylenko a parlé à Sky News alors que cinq jours de référendums fictifs touchaient à leur fin dans les parties de sa région occupées par les Russes ainsi que dans les régions de Zaporizhzhia, Luhansk et Kherson dans le sud-est de l'Ukraine. Les résultats (non reconnus internationalement) ont démontré une majorité écrasante en faveur du "OUI" à l'annexion de ces territoires par la Russie. M. Kyrylenko a déclaré que cette décision n'entamerait pas la détermination de l'Ukraine et ne "changerait rien" à l'intention de l'Ukraine de récupérer tous les territoires capturés par les forces de Poutine.

M. Kyrylenko a été interrogé pour savoir s'il pensait personnellement que l'annexion du territoire ukrainien saisi pouvait faire peser la menace d'une frappe nucléaire tactique par les forces de Poutine. Il a répondu que cette possibilité devait être envisagée et que le monde devait être préparé à "toute éventualité". Il a également déclaré que le Kremlin doit comprendre qu'une telle mesure plongerait la Russie dans "un abîme". Le gouverneur a également souligné qu'il existait une réelle possibilité de déploiement d'armes chimiques ou d'autres armes illégales de destruction massive et que l'Ukraine prend depuis longtemps ces menaces "très au sérieux." Les efforts ukrainiens pour évacuer les populations des "zones les plus gravement menacées" sont en cours depuis longtemps.

Les observateurs savent déjà que les forces ukrainiennes ont renforcé leurs défenses dans la région de Donetsk afin d'empêcher de nouvelles avancées russes. Les Ukrainiens contre-attaquent activement afin de reprendre davantage de territoires sous contrôle russe. Les Ukrainiens exploitent activement l'élan acquis par les contre-offensives depuis environ un mois et ont ainsi repris des territoires capturés dans la région de Kharkiv. Ces derniers gains stratégiques des forces ukrainiennes auraient ébranlé la Russie qui a depuis accéléré ses plans d'annexion.

Lorsqu'on a demandé au gouverneur régional s'il avait des messages à transmettre à Vladimir Poutine, sa réponse a été, comme on pouvait s'y attendre, sèche et directe. M. Kyrylenko a déclaré qu'il ne pensait pas qu'il était utile d'envoyer des messages à une "personne malade" telle que Vladimir Poutine. Au lieu de cela, M. Kyrylenko a préféré adresser son message au peuple russe ordinaire en réitérant son message glaçant dans lequel il disait que les conscrits russes sont confrontés au plus dur des choix : Soit ils suivent les ordres de Poutine et se dirigent vers le territoire ukrainien, avec la possibilité bien réelle de ne pas revenir sur le sol russe en vie, de rentrer en Russie avec des parties du corps manquantes ou de se retrouver incarcérés comme prisonniers de guerre. L'autre option était que les conscrits russes suivent son conseil et se soulèvent contre le régime de Poutine pour mettre fin à ce conflit sanglant une fois pour toutes.

D'après ce que j'ai appris sur le sujet de la Russie et de son utilisation potentielle d'armes nucléaires, j'espère et je crois qu'un scénario aussi sombre reste peu probable. Bien sûr, il ne s'agit que d'une supposition éclairée, car aucun d'entre nous n'a une idée précise de ce qui se passe dans la tête de Poutine. Toutefois, il doit avoir envisagé la forte probabilité que l'utilisation d'une arme nucléaire puisse entraîner la fin de son règne. Non pas en raison du risque énorme que les menaces inconsidérées de Poutine provoquent un conflit nucléaire mondial, mais parce qu'une attaque nucléaire contre l'Ukraine pourrait provoquer l'effondrement du régime russe lui-même.

La doctrine nucléaire russe n'autorise le recours aux armes nucléaires que si l'État russe et son intégrité territoriale sont soumis à une "menace existentielle". Le grand paradoxe ici est que la plus grande menace pour l'intégrité de la Russie émane de Poutine lui-même. L'effet cumulé de ses gaffes en Ukraine met à l'épreuve la stabilité de son propre régime ainsi que de la Fédération de Russie elle-même. Il a réussi à faire de la Russie un État paria. Ses actions ont placé l'ensemble de l'État russe, et sa hiérarchie, sous de sévères sanctions économiques. Les "grands machos" russes bloquent les routes en direction de la Finlande et de la Géorgie pour fuir le pays, craignant un long et rude hiver de massacres et d'effusions de sang sur la ligne de front. Même les propres commandants militaires de Poutine demandent la permission de se retirer. Toutes ces choses sont perçues comme une grande humiliation en Russie.

Pour couronner le tout, certains des bellicistes les plus virulents de Vladimir Poutine ont mis un bémol à leur discours, car un nombre croissant de catastrophes ont terni de manière indélébile la fière image de la Russie. La Russie est passée du statut de superpuissance militaire mondiale à celui de faiblesse acculée en quelques mois seulement, après avoir mené une guerre à l'intérieur même de ses anciennes frontières soviétiques.

Le réactionnaire en moi craint l'escalade de ce conflit et abhorre déjà toutes les effusions de sang et les meurtres. Tant que les Ukrainiens auront la Russie sur le dos, il est difficile d'imaginer qu'ils voudront se calmer malgré tous les dommages collatéraux que leur pays a subis au cours de cette folie. Mais quelque part, au fond de moi, il y a aussi une voix visionnaire dans ma tête. Elle me rappelle sans cesse que la seule issue positive n'implique pas d'effusion de sang et certainement pas d'armes nucléaires. J'espère simplement qu'il y a une petite voix visionnaire similaire dans la tête des factions belligérantes et, plus important encore, qu'elles en tiennent compte avant que cette guerre ne devienne encore plus violente.