Le chant le plus populaire des jeunes hommes et femmes (pour la plupart âgés de moins de 25 ans) qui descendent maintenant dans les rues partout en Iran est "Zan ! Zendegi ! Azadi !" ("Femmes ! Vie ! Liberté !"). Le mot "femmes" vient en premier car c'est le passage à tabac et la mort en détention d'une jeune femme de 22 ans, arrêtée pour avoir laissé voir trop de cheveux sous son hijab, qui ont déclenché les protestations.

La révolte est dirigée par des jeunes femmes, dans la mesure où elle a des leaders, et elles continuent de protester après un mois, malgré les quelque 250 personnes tuées par les forces du régime et les 12 500 arrestations. En outre, ces protestations visent la dictature théocratique dans son ensemble, et pas seulement ses différents méfaits et manquements.

"Mort au dictateur" ou "Mort à Khamenei !", scandent-ils, en référence au guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, au pouvoir depuis 1989. Mais ils s'opposent à toute dictature, pas seulement à la dictature actuelle, et condamnent donc également l'ancien roi que la révolution islamique a renversé : "Mort au Shah !"

Cela n'entamera pas la détermination des bénéficiaires de la Révolution, dont plusieurs centaines de milliers de fanatiques religieux bien armés au sein de la milice Basij et du Corps des gardiens de la révolution iranienne, à défendre le régime jusqu'au bout.

L'ayatollah Khamenei a clairement indiqué la réponse du régime quelques jours après le début des manifestations. Il les a qualifiées d'"émeutes" et a déclaré qu'elles étaient "organisées par l'Amérique et le faux régime sioniste d'occupation [Israël], ainsi que par leurs agents rémunérés, avec l'aide de certains Iraniens traîtres à l'étranger".

Il peut même le croire (il ne sort pas beaucoup), mais de toute façon, les dés sont jetés. Pour renverser le régime que la jeune génération rejette désormais, il faudra le combattre.

La bataille finale n'aura peut-être pas lieu maintenant : ces derniers jours, le nombre de personnes osant descendre dans la rue et défier les hommes de main du régime semble diminuer. Mais elle aura lieu tôt ou tard, et elle risque de mal finir.

Il y a trois issues possibles. La première option est que cela se termine comme le renversement du Shah en 1979. Les foules sortent de plus en plus nombreuses, s'offrant au massacre par les forces de "sécurité", jusqu'à ce que les forces de l'ordre elles-mêmes soient dégoûtées par l'ampleur du massacre et refusent de tirer sur les citoyens.

Cela est peu probable car, cette fois, les rebelles ne sont pas motivés par la ferveur religieuse qui animait leurs grands-parents il y a quarante ans. L'abnégation sans fin et volontaire devant les fusils des oppresseurs n'est pas un style qui les séduira, et le régime actuel ne s'en ira pas non plus comme le Shah a fini par le faire.

La deuxième option est que les rebelles s'arment d'une manière ou d'une autre et tentent de faire tomber le régime par la force. Mais la seule façon pour eux d'obtenir de grandes quantités d'armes est qu'un nombre important de membres du Corps des gardiens de la révolution et des bassidjis les rejettent. C'est peu probable, et cela se solderait probablement par un énorme bain de sang, sans changement de régime.

Il existe une troisième option, mais elle conduirait probablement à un bain de sang encore plus important. Si les jeunes manifestants obtenaient suffisamment d'armes pour affronter les forces du régime sur une base plus ou moins égale, cela se terminerait probablement par une guerre civile à grande échelle.

C'est le modèle "syrien" : de jeunes manifestants syriens non violents ont demandé la fin du régime tyrannique d'Assad au début de 2011 et ont été abattus en si grand nombre que leurs dirigeants ont été remplacés par des personnes plus violentes.

À ce moment-là, de nombreux soldats conscrits sont également passés du côté des opposants au régime, et la confrontation s'est transformée en une guerre civile nationale qui a duré toute une décennie. Environ un demi-million de Syriens ont été tués, près de la moitié de la population est toujours déplacée à l'intérieur du pays ou à l'étranger, et la majeure partie du pays est en ruines. Et le tyran est toujours là.

Multipliez ce chiffre par quatre et vous aurez une idée de ce à quoi l'Iran pourrait ressembler si un mouvement pro-démocratique non violent à l'origine était amené à prendre les armes contre un régime impitoyable : le pays entier dévasté, avec des dizaines de millions de personnes déplacées.

Dire cela revient à gâcher la parade des manifestants, mais on ne peut rien y faire. Le jour viendra peut-être, dans cinq ou dix ans, où suffisamment de partisans inconditionnels du régime seront partis et où la misère économique causée par son isolement du monde sera si extrême qu'une transition pacifique vers un autre type d'Iran deviendra possible. Mais ce jour n'est pas encore arrivé.