Personne n'aime vraiment l'entendre, mais le nœud de nos nombreux problèmes environnementaux n'est pas imputable aux politiciens que nous aimons détester. Ce n'est pas non plus la faute de ceux qui sont diamétralement opposés à nos propres convictions politiques. Nous devons nous rendre à l'évidence : nous n'avons pas de boucs émissaires sur lesquels rejeter nos problèmes environnementaux. La vérité désagréable est qu'il y a trop de gens dans le monde. Un point c'est tout. Les gens créent des déchets et les déchets sont synonymes de pollution, surtout lorsqu'ils sont nombreux. Donc, plus il y a de gens, plus la quantité de déchets est importante. Huit milliards d'entre nous créent évidemment une énorme quantité de déchets et le monde devient rapidement une énorme décharge.

Victime du succès

Ce gâchis est à la fois littéralement et politiquement toxique. Nous aimons tous le butin, mais nous fuyons le butin visible. Ce qui est frustrant pour beaucoup, c'est qu'aucune juridiction ou aucun dirigeant ne peut être tenu pour responsable car nous partageons tous une part de responsabilité d'une manière ou d'une autre. Aussi pervers que cela puisse paraître, la race humaine est peut-être victime de son propre succès.

Vous ne lirez pas souvent ce genre de choses dans les journaux, car elles ne sont pas considérées comme le genre de sujet qui favorise un air politiquement correct. Dans l'esprit de certaines personnes, sortir quelque chose qui ressemble à ce que je viens d'écrire frise l'alarmisme flagrant et pourrait même être considéré comme une hérésie. Il ne faudra probablement pas attendre longtemps avant que quelqu'un ne crie "raciste !". Mais, attendez un peu, je suis désolé de vous dire que cette vieille rengaine ne passera pas cette fois-ci. Ce que l'on pense de mes opinions ou de celles des autres ne me dérange pas vraiment, car je ne me concentre pas vraiment sur les opinions ici. De plus, j'examine des faits froids et durs. L'heure n'est pas à la politique de la division ni à l'occultation de vérités gênantes. Il y a beaucoup trop de choses en jeu.

Malheureusement, tirer sur le messager semble être un passe-temps populaire de nos jours. Mais cela fait rarement du bien à qui que ce soit, car même si le messager est blessé, les faits persistent, même s'ils ne sont pas pris en compte. Tenter de faire honte aux commentateurs en criant " raciste " ou " bigot " semble illogique car, dans ce contexte, le racisme n'entre pas en ligne de compte car nous faisons référence à la race humaine dans son ensemble. Cela signifie des personnes de toutes les couleurs, de toutes les croyances et de toutes les ethnies ! Nous tous, y compris votre serviteur.

Nous ne devons pas compter sur les journalistes pour mettre en avant des faits alarmants, car c'est en fait le monde de la science qui confirme ce que la plupart d'entre nous savent depuis des années. En d'autres termes, la disparition des espèces due à l'homme est un problème majeur qui justifie certainement une action urgente. Bien sûr, la science a généralement raison, car les conclusions scientifiques sont fondées sur des observations et des statistiques, et non sur de simples croyances.

Nous savons tous que la vérité

En réalité, nous connaissons le déclin des populations d'espèces végétales et animales depuis très longtemps. Nous avons observé ce phénomène sur fond d'expansion des populations humaines, sans rien faire de significatif ou de constructif pour l'atténuer. Ce qui devient vraiment alarmant, c'est le rythme toujours plus rapide des extinctions, l'activité humaine dévorant et détruisant les habitats naturels. Les populations animales ont subi un déclin de près de 70 % depuis les années 1970, mais ces rapports alarmants sur la perte d'espèces ont longtemps négligé le principal facteur de perte de biodiversité. Il s'agit de l'expansion rapide et non durable des populations humaines dans le monde.

Le mot clé est "durabilité". En effet, notre population croissante engloutit chaque année des ressources équivalentes à la capacité de production de près de deux Terres. Cette situation n'est pas seulement inquiétante, elle est aussi très clairement insoutenable. Si les choses continuent sur la trajectoire actuelle, nous aurons besoin de ressources équivalentes à celles qui ne peuvent être produites que par trois Terres par an (d'ici 2050). Si nous sommes de plus en plus nombreux à exiger toujours plus de notre mère la Terre, nous aggraverons la perte de biodiversité, accélérerons la pénurie d'eau, augmenterons la pollution et accentuerons la déforestation en transformant d'immenses étendues sauvages en terres agricoles.

Notre planète a à peine la capacité de supporter notre population actuelle en pleine expansion, et encore moins celle de faire vivre confortablement toutes les autres espèces qui partagent les richesses autrefois abondantes de notre monde. Avant 2023, la population atteindra, voire dépassera, le chiffre stupéfiant de 8 milliards d'habitants. Alors que les écosystèmes et les populations sauvages continuent de s'effondrer, les organismes internationaux ne peuvent plus ignorer les corrélations indéniables auxquelles nous sommes confrontés.

Un sujet sérieux

Nous savons donc tous que ces problèmes existent. Ce qu'il faut, c'est plus de visionnaires et moins de réactionnaires. En d'autres termes, plus de solutions et moins de commentaires futiles, ce dont je me rends coupable, je le sais. Il est toutefois inquiétant de constater que, même lorsque le sujet est aussi grave, il est souvent très difficile d'apporter des solutions viables (aussi évidentes soient-elles). C'est particulièrement le cas lorsque les solutions envisagées risquent d'aller à l'encontre de normes culturelles établies de longue date. Par exemple, combien de dirigeants de régions telles que le Moyen-Orient et certaines parties de l'Afrique seraient peu impressionnés si l'on suggérait que l'une des principales solutions pour contrôler la population passe par l'autonomisation des femmes ? Et si l'on proposait de mettre une éducation de qualité à la disposition de tous ? J'entends par là un système éducatif universellement accessible qui non seulement inclut mais promeut activement l'émancipation des femmes par pur pragmatisme plutôt que par souci d'égalité.

Il existe également un besoin criant de rendre des soins de santé décents accessibles à un plus grand nombre de personnes. Le planning familial s'en trouverait grandement facilité. Ce qui est clair, c'est que si les ressources mondiales étaient réparties plus équitablement, nous en bénéficierions tous. Ce qui fait souvent défaut, c'est le courage de reconnaître certains de ces faits fondamentaux, ce qui finit par étouffer le désir d'agir.

Il n'est pas nécessaire de chercher aussi loin qu'au Moyen-Orient ou en Afrique pour constater la résistance à la réalité. Certaines personnes au sein des Nations Unies nient la réalité incontestable de la surpopulation mondiale, préférant mettre en garde contre l'"alarmisme". Ces personnes feraient certainement bien de se familiariser avec les faits et de les reconnaître plutôt que d'adhérer à des récits donnés ?

Extinction imminente

Par exemple, en 2019, un rapport commandé par l'ONU a averti que "la nature décline au niveau mondial à des taux sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Le rythme d'extinction des espèces s'accélère, avec des impacts potentiellement graves pour des millions de personnes dans le monde." Le rapport a conclu que plus d'un million d'espèces animales et végétales sont menacées d'extinction imminente.

On ne peut nier la corrélation entre le nombre croissant d'humains et l'extinction des espèces. Alors que l'homme et la nature continuent de se disputer l'espace, la forme même de la vie sur Terre change à jamais. Alors que le nombre d'humains atteint la barre des huit milliards, le moment est sans doute venu de tirer la sonnette d'alarme ?

Il ne sera pas facile de s'attaquer à ces problèmes, mais il est clair que vivre avec les conséquences désastreuses de l'apathie et de l'inaction sera finalement le plus grand défi de l'humanité à ce jour.